La famille Côté profite à plein de ses vacances à l’auberge Godefroy de Bécancour.

L’art de faire fi du froid

Trois-Rivières — Les spas et les agences de voyages ont quelque chose en commun ces jours-ci: ils attirent les gens à la recherche de sources de bien-être et de chaleur en cette vague de froid qui impose des températures avoisinant les -20 degrés Celsius.

Les différents établissements de la région offrant des bains chauds à leur clientèle ne souffrent nullement de la froideur. À l’auberge 

Godefroy de Bécancour, les clients sont nombreux à utiliser les spas extérieurs.

«On a effectivement des gens qui profitent des spas extérieurs. Les gens marchent plus vite pour se rendre! Mais chez nous, les planchers extérieurs sont chauffants, il n’y a pas de neige. Les gens aiment beaucoup le spa. Prendre du temps dans un spa par grand froid, c’est très prisé», raconte Marie-Ève Boisclair, copropriétaire de l’entreprise.

Le fleuve Saint-Laurent témoigne bien de la vague de froid.

Du côté nord du pont Laviolette, le Kinipi Spa accueille lui aussi son lot de clientèle malgré les températures très froides.

«Pour nous, le grand froid ne change rien du tout à notre achalandage. C’est juste que la routine des gens est changée. Ils passent moins de temps dans le bassin froid. Souvent, ils vont rester à l’extérieur en sortant d’un bain chaud, sans passer par les bassins froids. C’est juste différent comme expérience. Et cette année, il y a de la neige en masse. Le décor est magique», dit René Giguère, propriétaire et directeur général de l’entreprise trifluvienne.

La clientèle qui fréquente les centres de villégiature et les hôtels du nord de Maskinongé ne se laisse pas prier pour aller faire trempette dans des bains chauds. C’est le cas à l’auberge le Baluchon de Saint-Paulin où les amateurs de spa sont nombreux durant la période des Fêtes.

«Le thrill est un peu sexy quand il fait froid, explique Patricia Brouard, directrice des ventes et du marketing. De passer du chaud au froid, ça ajoute au plaisir. Notre séquence thermale est que les gens passent du chaud au froid et au sauna avec vue sur la rivière. Et les clients ne se privent pas. Ils savent que le bain chaud est à trois pas et que le sauna est à quatre pas!»

Le constat est le même à l’hôtel Sacacomie. Les nombreux Français présents à cet hôtel de Saint-Alexis-des-Monts veulent vivre l’expérience de l’hiver au Canada et profitent de chaque moment passé ici, dit Jean Desaulniers, directeur des ressources humaines, qui observe un bon achalandage.

«Pour eux, le froid a un côté exotique. C’est leur façon d’être dépaysés. Après leurs activités de traîneau à chiens, de glissade ou de motoneige, ils vont se réchauffer dans nos deux bains extérieurs chauffés. Les bains sont chauffés à 98 degrés Fahrenheit (36,7 degrés Celsius). Avec une tuque, c’est agréable. Les gens sont trempés jusqu’au cou.»

Si les spas sont populaires, les agences de voyages le sont tout autant. Le froid fait sonner le téléphone à l’agence Club Voyages Super Soleil qui accueille des gens ayant le désir de partir vers les pays chauds.

«Surtout avec ce qui est arrivé cet automne avec les ouragans, des gens qui ont annulé leur voyage se reprennent», mentionne Mireille Mongrain, copropriétaire de cette agence trifluvienne.

Des voyageurs ont prévu le coup et ont réservé leur place il y a quelques mois. Les voyageurs de dernière minute qui veulent fuir le froid d’ici quelques heures peuvent aussi trouver des destinations soleil comme Cuba. Mais ils doivent s’attendre à débourser entre 1300 $ et 1500 $ pour une semaine en formule tout inclus dans un hôtel de deux ou de trois étoiles.

«Des gens disent qu’ils y vont pour ne pas avoir froid», ajoute Mme Mongrain.

Les amateurs de sport de glisse font fi du froid et profitent des installations de Vallée du parc.

Des skieurs à Vallée du parc

Si certaines personnes fuient le froid, d’autres ne se laissent pas embêter par la température et prennent d’assaut les pentes de Vallée du parc.

Selon Annik Bousquet, directrice du marketing et des communications de ce centre de glisse de Shawinigan, les skieurs sont assez nombreux.

«Je suis moi-même étonnée. Il y a du monde aujourd’hui (jeudi). Il s’agit d’être bien habillés.»

L’équipe de Vallée du parc sera en mesure d’ouvrir son parc à neige dès dimanche, soit quelques jours plus tôt qu’à l’habitude, et d’ouvrir les cinq dernières pentes d’ici le début du mois de janvier pour offrir bientôt 20 pentes aux amateurs de glisse.

Afin de s’assurer que les employés oeuvrant à l’extérieur ne souffrent pas trop du froid, ces derniers profitent de pauses plus fréquentes à l’intérieur.

Jusqu’au 4 janvier

Le Québec conservera cette vague de froid encore plusieurs jours. Selon Alexandre Parent, météorologue à Environnement Canada, le portrait ne changera pas vraiment à court terme.

«Aujourd’hui (jeudi), vendredi et samedi, on est dans le coeur de l’air froid avec des maximums de -20 degrés. On n’a pas de record de froid pour Trois-Rivières. Ce qui se démarque, c’est la durée du temps froid. L’avertissement de froid extrême va durer encore une semaine.»

Selon M. Parent, il faut remonter jusqu’en 1993 pour retrouver une période des fêtes aussi glaciale.

«L’avertissement de froid extrême couvre de l’Alberta jusqu’au Québec. Et c’est plus tôt dans la saison. Habituellement, ça arrive à la mi-janvier, fin janvier ou le début de février.»

Cette vague de froid devrait prendre fin autour du 4 janvier. Un système dépressionnaire provenant de la côte est américaine pourrait amener une bonne tempête de neige. Il est trop tôt pour connaître exactement le trajet de cette dépression, mais il n’est pas impossible que la région reçoive plus de 15 centimètres et soit balayée par de fortes rafales.

Les effets du froid sur la santé

Engelures

Peau exposée à un refroidissement éolien de -38 à -43 °C

Brûlure par le froid touchant les extrémités du corps ( nez, doigts, joues, oreilles, orteils)

Peut geler en 5 à 10 minutes

Hypothermie

Température du corps en dessous de 35 °C

Signaux d’alarme: sensation de froid, frissons, grelottements persistants, prononciation saccadée, sensation d’euphorie ou d’ivresse, désorientation, confusion, perte de jugement, difficulté à marcher et tendance à trébucher

Personnes à risque

Personnes qui bougent moins

Personnes âgées de 65 ans et plus

Enfants de 0 à 4 ans

Personnes souffrant d’un trouble de santé mentale

Personnes atteintes de maladies chroniques

Personnes à mobilité réduite

Sans-abris

Prévention

S’habiller chaudement et éviter les vêtements mouillés

Maintenir un niveau d’exercice régulier

Limiter la durée des activités extérieures