Alexandre Côté, vice-président aux affaires académiques des cycles supérieurs, Lucie Boissonneault, adjointe au doyen des études, François Fabi, étudiant au doctorat à l’UQTR et gagnant en 2016 de Ma thèse en 180 secondes, et Daniel McMahon, recteur de l’UQTR. Ils sont très fiers de cette nouvelle initiative qui permettra de promouvoir la recherche et les études aux cycles supérieurs.

Lancement du mois de la recherche à l’UQTR

Trois-Rivières — «C’est le début d’un temps nouveau pour l’UQTR», alors que le mois de mars sera dorénavant destiné à mettre en lumière la diversité de la recherche tout en faisant la promotion des études aux cycles supérieurs.

«En regroupant dans un même mois les principaux événements ouverts au public qui mettent en valeur la recherche et en développant une nouvelle image de marque, l’Université du Québec à Trois-Rivières souhaite mieux faire connaître ses forces et se rapprocher de son milieu. Ces activités, et d’autres qui ne manqueront pas de s’ajouter à la programmation au cours de l’année à venir sont une occasion de faire rayonner la recherche réalisée à l’UQTR par les étudiants et les chercheurs. Elles permettent de faire connaître, non seulement sur le campus mais aussi à la communauté, la valeur, la pertinence, la diversité et la probité de la recherche réalisée dans notre université», précise le recteur Daniel McMahon.

De retour pour une 25e année, le Concours d’affiches scientifiques est ouvert aux étudiants de l’UQTR de tous les cycles d’études et de tous les programmes de grade. Les étudiants peuvent participer de façon individuelle ou encore en équipe afin de présenter leur projet de recherche. Près de 21 000 $ seront remis en prix aux gagnants. Il est encore possible de s’inscrire jusqu’au 5 mars prochain. L’événement se déroulera au Centre de l’activité physique et sportive Léopold-Gagnon le 21 mars, de 10 h à 15 h ainsi que le 22 mars de 8 h 30 à 11 h 45. «Comme tous les étudiants à la maîtrise, au départ on ne sait pas vers où se diriger. On finit par apprivoiser un sujet. Grâce à cette recherche, j’ai pu explorer un domaine peu connu», explique Carol-Ann Rouillard, étudiante au doctorat en lettres et participante au Concours d’affiches scientifiques.

Ma thèse en 180 secondes est aussi de retour cette année. Il s’agit d’un concours destiné aux étudiants des cycles supérieurs qui doivent présenter un exposé convaincant sur leur sujet de thèse ou de mémoire, dans un langage vulgarisé. C’est le 28 mars, dès 16 h au pavillon Nérée-Beauchemin, qu’aura lieu cet événement. L’étudiant ayant obtenu la première place sera automatiquement finaliste au concours national de l’ACFAS, qui se tiendra à l’Université du Québec à Chicoutimi, le 9 mai prochain. Les trois lauréats récompensés par le jury durant cette finale seront invités à participer à la finale internationale, à Lausanne en Suisse. «C’est une belle initiative d’organiser un mois comme celui-ci qui valorise réellement l’apport en recherche. De mon côté, j’ai eu le privilège de représenter l’institution lors du concours Ma thèse en 180 secondes, il y a deux ans, au volet provincial. J’ai vécu une expérience exceptionnelle. C’est une source de grande fierté de faire rayonner mon institution au niveau provincial. Je suis sorti de mon contexte d’expert plutôt technique afin de vulgariser ma recherche», explique François Fabi, étudiant au doctorat en biologie cellulaire et moléculaire (oncologie) à l’UQTR.

Pour la 10e année consécutive, l’Association générale des étudiants organisera un colloque multidisciplinaire des cycles supérieurs qui se déroulera le 14 mars dès 9 h 30 au pavillon Nérée-Beauchemin. Ce colloque sera ouvert aux étudiants de cycles supérieurs de tous les programmes et il permettra aux étudiants de présenter leur exposé en un maximum de vingt minutes, dont cinq seront réservées à la période de questions. Au total, c’est 12 étudiants à la maîtrise et au doctorat qui présenteront leurs projets de recherche.

Rappelons que le gouvernement du Québec a investi 1,2 milliard de dollars afin de soutenir la recherche dans les Universités. Une nouvelle positive pour l’UQTR puisqu’il y aura une augmentation des chaires de recherche, des bourses ainsi que des subventions.