Stéphane Boileau

L'amphithéâtre serait trop petit pour la grande scène du FestiVoix

La construction de l'amphithéâtre de Trois-Rivières sur Saint-Laurent entraînera de nouvelles possibilités pour les grands événements musicaux, comme le FestiVoix. Le directeur général de l'événement, Stéphane Boileau, n'estime toutefois pas que la grande scène, celle des Voix populaires, puisse être installée à l'amphithéâtre pour les prochaines éditions de l'événement. L'endroit ne serait pas, selon lui, suffisamment grand pour accueillir les spectateurs.
«Ce n'est pas assez. Il n'y a aucun doute là-dessus», lance sans hésiter Stéphane Boileau.
Selon les organisateurs du FestiVoix, les spectacles sur la grande scène attirent en moyenne entre 13 000 et 15 000 spectateurs. Quelques artistes comme les Cowboys Fringants, CCR, Jason Bonham et Gregory Charles ont même attiré davantage de spectateurs ces dernières années. Les 9000 places prévues à l'amphithéâtre, 3500 sièges et 5500 places sur le gazon, ne seraient donc pas suffisantes, si l'on se fie aux chiffres du FestiVoix.
De plus, les concessions et les espaces commandités présents sur le site de la scène des Voix populaires, et les revenus qui les accompagnent, ne pourraient pas être à l'amphithéâtre. «On ne pourrait pas rentrer ça à l'amphithéâtre. Ce sont des revenus très importants pour le FestiVoix», souligne M. Boileau.
Le directeur général du festival caresse plutôt l'idée d'ajouter une autre scène, comme celle des Voix métal. «Nous sommes en discussion pour faire un autre projet, mais pas pour la grande scène.»
La disposition du futur amphithéâtre plaît au directeur général du FestiVoix. Les bancs amovibles offrent de belles possibilités selon lui.
«L'idée est d'exploiter ce lieu assez exceptionnel au maximum.»
Stéphane Boileau ajoute qu'il est difficile pour l'instant d'affirmer si l'amphithéâtre, dont l'ouverture est prévue pour le printemps 2015, sera ou non utilisé pour la prochaine édition du FestiVoix. «Mais si jamais l'amphithéâtre était prêt avant le prochain événement, nous avons des projets.»