Jean-Christophe Paquet, entouré de son frère Charles-Hugo, de son père Pierre et de sa mère Annie Ouellet ont profité d’un moment en famille, dans le cadre de la fête de Noël organisée par Leucan.

Laisser la maladie de côté

Bécancour — Depuis l’annonce de son diagnostic de cancer carcinome naso-sinusal indifférencié (CNSI) reçu il y a à peine un an, Jean-Christophe Paquet, 14 ans, et sa famille ont de la difficulté à compter les moments passés en famille, qui se sont faits plutôt rares au cours de la dernière année. Dimanche a toutefois été l’occasion pour Jean-Christophe et une centaine d’autres petits malades de célébrer la magie des Fêtes en compagnie de leur famille, dans le cadre de la fête de Noël organisée par Leucan Mauricie/Centre-du-Québec.

Le 17 novembre 2016 restera gravé à jamais dans la mémoire de la famille Paquet-Ouellet, de Shawinigan, alors que le diagnostic de cancer carcinome naso-sinusal indifférencié est tombé sur Jean-Christophe, 13 ans. Une nouvelle qui a eu l’effet d’une bombe pour la famille qui vivait jusqu’alors une vie relativement normale et sans embûche.

«L’annonce du cancer a été pour nous comme dans l’annonce à la télévision, c’était un choc. La dernière année a d’ailleurs été vraiment difficile pour notre famille. Une chance que Leucan a été là pour nous, car on n’a pas de famille dans la région et on se sentait isolé», précise Annie Ouellet, la mère de famille.

Si l’annonce a été difficile pour la famille, c’est toutefois un Jean-Christophe serein qui a affronté cette épreuve, lui qui est maintenant en rémission depuis le 2 octobre.

«Quand on m’a annoncé le cancer, je me suis dit oui c’est une grosse maladie, mais ça se guérit, donc ce n’est pas la fin du monde. Il faut toujours rester positif et je ne me suis jamais découragé malgré tout», a-t-il avoué.

Ce sont ensuite enclenchés les cinq traitements de chimiothérapie de Jean-Christophe, en plus d’un traitement de radiothérapie d’une durée de deux mois effectué à Philadelphie, qui n’a pas été de tout repos pour la famille, alors que plusieurs complications sont survenues.

Entre les allers-retours Montréal —Shawinigan, c’est toutefois la force et le courage de Jean-Christophe qui ont permis à la famille de tenir le coup à travers cette dure épreuve, soutient Annie Ouellet.

«Jean-Christophe a été notre motivation, car il ne s’est jamais plaint de rien. On s’est alors dit moi et Pierre que si lui ne se plaignait pas, pourquoi nous on le ferait? C’est comme ça que nous sommes passés à travers cette dernière année.»

Une tradition annuelle pour Leucan 

Dans le cadre de la traditionnelle fête de Noël organisée par Leucan, ce sont plus de 130 enfants et leur famille qui ont pris part à l’événement cette année, à l’Auberge Godefroy.

«Avec cette fête de Noël, ça nous permet de voir que la vie continue malgré tout et qu’il y a du positif dans tout ça, grâce à de belles rencontres», mentionne la mère de Jean-Christophe, Annie Ouellet.

Une journée qui se voulait rassembleuse et positive pour les familles éprouvées, grâce à de nombreuses activés organisées pour les enfants dont un spectacle de musique, sans oublier la présence du père Noël qui a fait bien des heureux avec ses cadeaux offerts à tous les enfants, frères et sœurs inclus.

«À Leucan, on tente d’organiser des activités où les familles peuvent oublier la maladie le temps d’une journée. La fête de Noël est un de nos événements majeurs. Notre objectif consiste à ce que les familles se rencontrent et discutent et que les enfants aient du plaisir ensemble», souligne la coordonnatrice régionale de Leucan Mauricie/Centre-du-Québec, Annie Brousseau.