La Tablée des jardiniers visait à mettre en lumière l'agriculture urbaine et quelques nouvelles entreprises agricoles locales.

L’agriculture urbaine à l’honneur au Carré de la Fosse

TROIS-RIVIÈRES — L’organisme La Brouette organisait samedi la Tablée des jardiniers, un rassemblement pour célébrer la fin de la saison du jardinage et pour mettre de l’avant l’agriculture urbaine, qui prend de l’ampleur depuis plusieurs années, notamment à Trois-Rivières.

La Brouette présentait les premières avancées de son travail de recensement des initiatives en agriculture urbaine dans la région. Leur travail, une commande du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), tend d’ailleurs à montrer que ce phénomène exerce un attrait non négligeable, à Trois-Rivières comme ailleurs en Mauricie. Un attrait qui s’explique probablement en partie par les bénéfices du jardinage en milieu urbain.

«Ça permet de lutter contre les îlots de chaleur, pour la sécurité alimentaire, mais ça crée aussi des emplois et de belles retombées économiques et sociales», évoque François Bernier, coordonnateur de La Brouette.

Le rassemblement s’adressait aux jardiniers, mais également à la population en général, dans le but, qui sait, de donner à cette dernière l’envie de commencer son propre potager. «L’idée n’est pas d’atteindre l’autosuffisance alimentaire, mais de commencer à intégrer le jardinage au quotidien, tranquillement pas vite. Pour les familles, ça peut d’ailleurs être une très belle occasion d’éveil à l’environnement et à l’alimentation pour les enfants», illustre M. Bernier.

Ce dernier se réjouit d’ailleurs de voir l’ampleur que prennent des mouvances comme les incroyables comestibles, des plants de légumes et de fruits que les gens font pousser sur leurs terrains et que les passants peuvent déguster gratuitement en se servant eux-mêmes. Ce phénomène a démarré en 2008 au Royaume-Uni et s’est développé à Trois-Rivières au cours des six dernières années. Le mouvement a fait boule de neige et a même incité quelques restaurateurs du centre-ville trifluvien à intégrer des fines herbes et des fleurs comestibles à leurs bacs à fleurs.

Quelques nouvelles entreprises de la région, soit la Coop la Charette, la Ferme urbaine Brassard et la pépinière Casse-Noisette avaient été invitées à présenter leurs produits aux visiteurs de la Tablée. La Brouette organisait également des jeux d’association sur les insectes et les Miels des 3 Rivières, de l’animation sur les abeilles. Un concours de légumes aux formes plutôt surprenantes, avec par exemple des carottes en forme de pied de poulet et une tomate énorme, était aussi organisé pour l’occasion. Deux conférenciers étaient également invités. Il s’agissait de Johanne Germain, de Slow Food Vallée de la Batiscan, venue parler des enjeux de la préservation du patrimoine culinaire dans la région, et de Marc-Olivier Harvey, de la Pépinière Casse-Noisette, qui a présenté des façons d’intégrer des arbres fruitiers et à noix dans les aménagements d’agriculture urbaine.

La Tablée des jardiniers était organisée en partenariat avec le MAPAQ et la Ville de Trois-Rivières. Cette dernière s’est d’ailleurs dotée d’un plan d’action sur l’agriculture urbaine au printemps dernier.