Le projet d’agrandissement de l’aérogare de Trois-Rivières n’a toujours pas reçu les fonds d’Ottawa.
Le projet d’agrandissement de l’aérogare de Trois-Rivières n’a toujours pas reçu les fonds d’Ottawa.

L’agrandissement de l’aérogare de Trois-Rivières compromis?

Trois-Rivières — Le projet d’agrandissement de l’aérogare de Trois-Rivières serait-il compromis? Alors qu’une réponse officielle de la part d’Ottawa se fait attendre pour confirmer que le projet pourra bel et bien voir le jour, autant la Ville qu’Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières se montrent de plus en plus perplexes face à cette promesse qui ne se concrétise toujours pas.

«Je ne vous le cache pas, je suis très inquiet», a résumé le directeur général d’IDE Trois-Rivières, Mario de Tilly, lorsqu’interrogé sur le dossier par Le Nouvelliste. Une inquiétude d’autant plus importante que le financement de 4 M$, promis par le ministre François-Philippe Champagne à l’été 2019, à quelques semaines du déclenchement des élections fédérales, était aussi l’élément déclencheur qui venait attacher un financement tripartite du provincial et de la Ville de Trois-Rivières. Autrement dit, sur un projet de 12 M$, si le fédéral se retire, l’ensemble du montage financier pourrait s’écrouler.

«Nous attendons toujours l’attestation comme quoi nous aurons droit à cette aide financière qui a été promise il y a plus de neuf mois maintenant. On peut sans doute traverser une période difficile en ce moment, mais la COVID-19 ne peut quand même pas justifier une si longue attente», croit Mario de Tilly.

Mario de Tilly

Une inquiétude partagée par le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, qui a récemment interpellé à la fois le ministre et député de Saint-Maurice—Champlain François-Philippe Champagne de même que la ministre du Développement économique Mélanie Joly à ce sujet. «Il y a un ralentissement dans l’industrie aérienne en ce moment en raison de la COVID-19, et j’ai toujours dit que dans la relance économique, il fallait transformer la menace en opportunité. C’est justement le moment idéal pour réaliser ces travaux, afin que nous soyons les premiers sur la ligne de départ lorsque l’industrie va redémarrer», mentionne Jean Lamarche.

Le maire Jean Lamarche

On se souviendra que le projet de cette nouvelle aérogare de 12 M$ s’inscrivait dans le développement de l’aéroport où l’on souhaite non seulement consolider les quelque 700 emplois existants dans l’industrie aéronautique, notamment chez AAR, mais également en créer de nouveaux, en plus de penser à des vols commerciaux et cargos qui pourraient désormais décoller de cet aéroport régional. Les plans étaient par ailleurs conçus en fonction de la construction d’une aérogare avec une empreinte carbone plus légère, une des exigences des gouvernements.

Selon certaines sources, l’enveloppe qui devait contenir les fonds pour permettre le versement à Trois-Rivières aurait dû faire l’objet d’un transfert d’Infrastructure Canada vers Développement économique Canada en 2019, alors que ces fonds apparaissaient dans la mise à jour économique de l'automne 2019. Or, le transfert n’a jamais eu lieu une fois les élections passées, ce qui a compliqué les choses quant à l’accessibilité du programme qui avait été visé.

Pour Mario de Tilly, non seulement la relance économique de Trois-Rivières doit passer par le développement de cette aérogare, mais sa réfection est devenue incontournable puisque le vérificateur général de la Ville de Trois-Rivières a soulevé des inquiétudes quant à l’état de vétusté des installations actuelles. «C’est à la limite de la dangerosité», indique-t-il.

La Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières dit partager les mêmes questionnements. «C’est à la fin de l’été dernier, à l’aube des élections, qu’on a été informés que des sommes du fédéral seraient confirmées pour le développement de l’aérogare de Trois-Rivières, un projet pour lequel on attend le feu vert depuis longtemps. Depuis, nous avons multiplié les rencontres et les actions avec la Ville de Trois-Rivières et Innovation et Développement économique Trois-Rivières, qui met tout en œuvre pour que l’on puisse passer à l’action dans ce dossier interrégional, auquel la Chambre croit beaucoup. Je suis consciente que la priorité du Gouvernement était la gestion de la crise sanitaire, mais comment cela se fait-il que des mois plus tard, nous en soyons toujours au même niveau? Ça nous inquiète pour l’avenir du projet», indique la présidente du conseil d’administration de la Chambre, Johanne Hinse.

La présidente du conseil d’administration de la Chambre, Johanne Hinse.

«Dans ma tête à moi, c’était réglé»

Invité à se prononcer sur la question, le ministre François-Philippe Champagne se montre toujours aussi confiant que le projet puisse se réaliser, mais admet que le dossier a rencontré quelques difficultés après les annonces de l’été dernier. «On continue de travailler ça, mais oui ça s’est avéré plus complexe que je ne le pensais. Dans ma tête à moi, c’était réglé. Mais force est de constater qu’entre l’administration aéroportuaire et le gouvernement du Canada, les dernières ententes n’avaient pas été finalisées avant que le programme sur lequel on travaillait n’arrive à échéance. On est en train de regarder des nouvelles avenues», mentionne le ministre Champagne.

Ce dernier assure toutefois que tous les efforts sont actuellement déployés afin de trouver de nouvelles sommes qui permettront de mener à bien le projet. «L’aéroport, je le vois comme un employeur de choix et surtout comme un levier de développement économique régional. Le dossier a toujours été mené dans cet esprit-là. Nous avons rencontré des difficultés que nous n’aurions pas pu imaginer, mais on continue de travailler pour trouver des solutions», assure François-Philippe Champagne.

Le ministre François-Philippe Champagne

Dans un monde post-COVID où l’industrie aéronautique aura été fortement touchée, on peut s’imaginer que de nombreux aéroports canadiens se tourneront vers le gouvernement pour obtenir de l’aide financière. Le ministre Champagne n’est toutefois pas d’avis que cette réalité nuira à Trois-Rivières.

«J’ai toujours parlé pour ma paroisse. Avant la pandémie, Trois-Rivières était le plus grand centre d’entretien d’Air Canada dans le pays. C’est un aéroport qui dessert le nord, et où un 747 peut atterrir. Il a des caractéristiques propres à lui qui doivent être mises en valeur, parce qu’on y croit tous», ajoute-t-il.