Hugo Gaillardetz, courtier immobilier de l’Adresse sur le fleuve.
Hugo Gaillardetz, courtier immobilier de l’Adresse sur le fleuve.

L'Adresse sur le fleuve: le village dans la ville

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Avec l’achèvement prochain de la tour de 16 étages, l’occupation des immeubles à condos et de la résidence Lokia et maintenant l’avancement des travaux de construction d’un premier immeuble locatif, le visage de l’Adresse sur le fleuve commence de plus en plus à se révéler dans le paysage trifluvien. Le projet immobilier et commercial de Trois-Rivières sur Saint-Laurent semble avoir le vent dans les voiles depuis les deux dernières années, et 2020 ne devrait pas faire ralentir la cadence, croient les promoteurs du site.

«Je me plais souvent à dire que c’est un village dans la ville, car tout est à proximité», résume le courtier immobilier Hugo Gaillardetz, en charge de la promotion du projet de développement. Et si la construction des condos va bon train et que l’immeuble locatif affiche déjà pratiquement complet alors qu’il n’est pas encore terminé, le courtier immobilier prévient que dès les prochains mois, un immeuble commercial commencera à pousser de terre à l’intersection de la rue des Commissaires et de l’avenue des Draveurs. Un immeuble qui pourrait abriter à la fois épicerie de quartier, pharmacie et bureaux de professionnels, note M. Gaillardetz.

Durant les derniers jours de 2019, l’entreprise Trimco, promoteur immobilier de l’Adresse sur le fleuve, a fait distribuer pas moins de 50 000 copies d’une revue faisant la promotion de ce développement. «Pas mal tout le monde à Trois-Rivières a reçu la revue, et on s’en fait parler quotidiennement. Les gens sont intéressés et curieux de voir comment se développe le projet», assure le courtier immobilier.

Les promoteurs auraient pu assurer la distribution de ce magazine à l’extérieur de la région, mais force est de constater que pour le moment, la clientèle qui achète les condos du développement, notamment ceux de la tour de 16 étages, est en très grande partie locale.

À ce jour, 50 des 62 condos de la tour de luxe ont été vendus, cette fois à une clientèle différente des deux premiers immeubles qui ont vu le jour sur ce site, il y a quelques années. «On pourrait penser que ce sont tous des retraités, mais dans le cas de la tour ce n’est pas le cas. En très grande partie, ce sont des professionnels, des gens d’affaires, des avocats, des médecins, des gens qui travaillent dans la finance aussi. Des gens qui préparent la relève, qui sont arrivés à un moment de leur vie où ils choisissent d’en profiter. On ne veut plus nécessairement avoir le terrain et la piscine creusée dans la cour. On veut se gâter, voyager et s’offrir un peu de luxe», constate Hugo Gaillardetz.

Les premières unités de cette imposante tour seront livrées dès le 20 février prochain, où les quatre premiers occupants y feront leur entrée. Par la suite, une à une, les unités seront livrées jusqu’en décembre.

Parallèlement, on s’apprête également à lancer la construction de la seconde tour, la Tour de la marina, un peu plus petite avec huit étages, mais située directement en face de la marina qui elle, sera complétée cet été. «On a une liste d’acheteurs qui préféraient attendre la construction de la Tour de la marina, parce qu’ils avaient le souhait de vivre à cet endroit. Les plans sont sur le point d’être approuvés, et dès que j’aurai les plans, avec la liste de prix, je contacte tous ces gens et ils pourront commencer à réserver parmi la cinquantaine d’unités», explique M. Gaillardetz. Dans ce cas-ci, les condos seront un peu plus petits que ceux de la grande tour, donc plus abordables. Dans le cas de cet immeuble, les fondations seront creusées dès qu’un certain pourcentage de condos aura été réservé, et on s’attend à une livraison en décembre 2022.

«Nous sommes très audacieux à ce niveau, car pour la grande tour, nous avons commencé à construire après avoir vendu seulement 15 unités sur 62. Mais c’est un risque calculé, car on connaît la demande et on sait que le site est exceptionnel et très recherché», signale le courtier immobilier.

Quant à l’immeuble locatif situé à l’intersection de la rue des Commissaires et de l’avenue des Draveurs, il a déjà commencé à sortir de terre et sera livré dès que les travaux seront terminés. Des 32 unités locatives de luxe, seulement neuf sont encore disponibles.

«Nous avions eu de la demande pour ça aussi. Souvent, ce sont des gens qui veulent quitter leur maison, mais qui ne sont pas encore prêts à aller dans une résidence pour personnes âgées. Les gens aujourd’hui sont plus actifs, vivent aussi plus vieux, alors ça devient vraiment un entre-deux. Et des immeubles locatifs haut de gamme sur un site semblable, il n’y en a pas tant, remarque M. Gaillardetz.

Stationnement

Tout ce développement à venir aura-t-il un effet sur la disponibilité du stationnement pour les événements se déroulant à l’Amphithéâtre Cogeco? Le promoteur croit que non, étant donné que le stationnement payant actuel se retrouve à l’extérieur des plans du développement, et que les stationnements de l’avenue des Draveurs continueront d’être disponibles. Par ailleurs, 210 nouvelles places seront créées derrière les immeubles commerciaux, des espaces qui pourraient être rendus disponibles au profit d’une œuvre de charité, espère Hugo Gaillardetz.

Seule la construction de l’hôtel situé à côté de l’amphithéâtre, hôtel dont la bannière devrait être confirmée sous peu, viendra affecter la disponibilité du stationnement VIP. À l’Amphithéâtre Cogeco, on affirme déjà plancher sur des solutions avec la Ville de Trois-Rivières, et on semble confiant d’arriver à trouver des alternatives intéressantes.

Au rythme où vont les choses, la totalité du site de l’Adresse sur le fleuve, un investissement de plus de 700 millions de dollars (incluant l’Amphithéâtre Cogeco), pourrait avoir été complètement développé dans un horizon de cinq à sept ans, prévoit Hugo Gaillardetz.