De gauche à droite: Luc Pellerin; directeur général du Collège Laflèche, Stéphane Roy, coordonnateur du Sport plus Études, Samuel Leclerc, étudiant en TES, Vanessa Veillette, étudiante en TES, Sylvie Lemay, directrice des affaires étudiantes, Stéphanie Gervais, directrice adjointe des études et utilisatrice des bornes et Isabelle Côté, conseillère à la vie étudiante et responsable du Comité environnement et saines habitudes de vie.

L'actualité régionale en bref

Deux bornes électriques gratuites

Trois-Rivières — Le Collège Laflèche a inauguré, lundi, deux bornes de recharge pour les véhicules électriques qu’il met gratuitement à la disposition de ses étudiants et du personnel. Cette initiative provient du Comité environnement et saines habitudes de vie du Collège.

Au cours de la dernière année, ce comité a réalisé plusieurs projets d’envergure, dont la mise en place d’un abri à vélos sécurisé, l’implantation d’un module informatisé de covoiturage et le démarrage du compostage au restaurant pédagogique L’Escarbille.

Le Comité fait également de la sensibilisation auprès de la clientèle par le biais de capsules vidéo, d’escouades d’information et de stands.

Le Comité encourage tous les programmes à organiser des activités portant sur l’environnement et les saines habitudes de vie en leur offrant un montant annuel pour couvrir leurs dépenses.

Grands Frères Grandes sœurs: mentors recherchés

Trois-Rivières (NM) — Les Grands Frères Grandes Sœurs de Trois-Rivières sollicite la collaboration de la population pour devenir mentor d’un jour.
L’organisme profite en effet de septembre (mois officiel des Grands Frères Grandes Sœurs du Canada) pour offrir une expérience unique aux jeunes en attente d’un mentor ou d’un jumelage. Ils auront ainsi l’opportunité de découvrir les dessous d’un métier. Évidemment, il serait possible au mentor de faire des entrevues avec le jeune tout dépendant de sa vision de sa participation. L’organisme se dit ouvert à personnaliser la participation du mentor en tenant compte de ses contraintes et particularités de sa situation professionnelle.
Rappelons qu’il existe deux programmes de mentorat. Le traditionnel consiste dans le jumelage d’un jeune de 6-17 ans avec un adulte à raison de deux sorties régulières par mois d’une durée de 3-4 heures. L’engagement est d’un an minimum.
Le programme de mentorat «Grands amis» est pour sa part un jumelage entre un jeune écolier et un élève de secondaire 4 et 5 du Séminaire Saint-Joseph. La fréquence des rencontres est établie à une fois par semaine pour une durée d’une heure trente au Séminaire pour la période de l’année scolaire.

Jeune chambre de la Mauricie: troisième édition de la course de boîtes à savon

Trois-Rivières (NM) — Pour une troisième année, les boîtes à savon débarquent dans la côte du Père-Marquette à Trois-Rivières ce samedi 15 septembre.

Toujours dans l’optique de permettre aux entreprises de la région de démontrer leur ingéniosité et leur créativité au grand public, la Jeune chambre de la Mauricie, en collaboration avec Acolyte, revient à la charge avec son challenge de boîtes à savon. Neuf entreprises vont s’affronter dans le cadre de ce défi particulier.

«C’est à la suite du succès des première et deuxième éditions et à l’intérêt des entreprises à embarquer de nouveau dans cette activité de «team building»

que l’activité a été renouvelée», a précisé Steve Lafontaine, président de la Jeune Chambre de la Mauricie.  
La population est donc invitée à venir assister gratuitement à cette activité familiale.

Pour l’occasion, un food truck et des maquilleurs seront sur place. Les courses commenceront dès midi.
Notons que l’entrée sur le site se fait à compter de 11 h à partir du boulevard des Forges, près du Gambrinus.
Les participants et visiteurs pourront se stationner gratuitement à l’UQTR.

Les zones scolaires sous la loupe des policiers trifluviens

Trois-Rivières (MEL) — Si vous avez circulé aux abords d’une école dernièrement à Trois-Rivières, vous avez sûrement remarqué la présence d’une voiture de patrouille de la Sécurité publique. Pas étonnant puisque la surveillance des zones scolaires – où la limite de vitesse est, rappelons-le, de 30 km/h – est accentuée tout au long du mois de septembre à Trois-Rivières afin de sécuriser les déplacements des élèves, le travail des brigadiers ainsi que le transport écolier.
En août, les policiers trifluviens ont profité de la saison estivale pour garder un œil sur la circulation des cyclistes ainsi que des amateurs de planches à roulettes et de patins à roues alignées. Ils n’ont pas chômé puisqu’ils ont émis pas moins de 41 constats d’infraction. Comme chaque mois, des fêtards se sont fait prendre la main dans le sac concernant la conduite avec les capacités affaiblies que ce soit par la drogue ou l’alcool. Quatorze conducteurs ont été arrêtés et devront faire face à la justice.

Vols de véhicules: les trois suspects comparaissent

Trois-Rivières (NM) — Les trois individus qui ont été arrêtés dans la nuit du 8 septembre pour les vols de deux camions et d’une remorque, ont comparu, lundi, au palais de justice de Trois-Rivières.

Il s’agit de Samuel Therrien, Alexandre Goulet et Olivier-Justin Wacquiez. Ils ont formellement été accusés de vols d’une valeur de plus de 5000 $, de vols de véhicules et d’introductions par effraction.

Il y a eu objection à leur remise en liberté. Leur cause a été reportée au 12 septembre.

Les trois suspects avaient été surpris en flagrant délit par des enquêteurs, vers 2 h 45 dans la nuit de vendredi à samedi, dans le stationnement d’une résidence du boulevard Mauricien. Ils venaient de s’emparer d’un camion de type pick-up et d’une remorque. Ils avaient alors été arrêtés mais l’enquête avait permis d’apprendre que les suspects auraient volé un deuxième camion dans les minutes précédentes, toujours sur le boulevard Mauricien. 

Mélissa Côté: cause reportée au 4 octobre

Trois-Rivières (NM) ­— La cause de Mélissa Côté, cette mère de famille qui aurait voulu faire assassiner un ex-conjoint, a été reportée au 4 octobre.

La procureure de la Couronne, Me Catherine Lemay, et l’avocat de la défense, Me David Edmunds, n’ont pas encore terminé leurs discussions en vue d’une éventuelle enquête préliminaire.

Rappelons qu’on reproche à Mélissa Côté  d’avoir demandé à un homme qu’elle connaissait de tuer son ex-conjoint entre le 1er septembre et le 27 novembre dernier. Or, les policiers de la Sûreté du Québec ont reçu des informations confidentielles qui leur ont permis de déclencher une enquête et de faire appel à un agent d’infiltration. Le 27 novembre, la suspecte aurait donc proposé à celui-ci de faire tuer un ex-conjoint moyennant une rétribution. C’est alors qu’elle avait été arrêtée. Quatre accusations avaient ensuite été portées contre elle.

Outre celle de tentative de meurtre, on lui reproche d’avoir conseillé un individu à commettre un meurtre, d’avoir conseillé un agent d’infiltration de commettre le même crime et d’avoir comploté avec lui.