On reconnaît devant sur la photo Claude Diamond, éducatrice au service de garde, Laura Desjardins, une élève de 5e année, Julie Marchand, directrice de l’école de Sainte-Flore, ainsi qu’Éléonore Naud, élève de 5e année. La vice-présidente de la Commission scolaire de l’Énergie, Patricia Pépin, et le directeur général de la Commission scolaire, Denis Lemaire.

L'actualité régionale en bref

Un bar à salade à l’école de Sainte-Flore

Trois-Rivières — Le service de garde La Florentine de l’école primaire Sainte-Flore a inauguré jeudi un tout nouveau bar à salade.

Ce projet a été rendu possible grâce au programme De la ferme à l’école, qui se tient en collaboration avec Équiterre, et qui a permis à l’école d’obtenir une bourse de 8700 $.

«L’école Sainte-Flore souhaite instaurer une politique de nutrition et d’éducation qui renforce le système alimentaire local», explique la Commission scolaire de l’Énergie dans un communiqué remis aux médias.

«L’absence d’un service alimentaire ne constitue pas un obstacle pour accomplir cet objectif. La Florentine a en effet mis sur pied un système de réservation structuré où les plats doivent être commandés à l’avance.»

Environ une soixantaine de jeunes peuvent ainsi recevoir un plat d’accompagnement cuisiné à partir d’aliments locaux qui proviennent d’une ferme locale.

«L’école dispose aussi d’une serre et participe au jardin communautaire du village. Plus de 150 élèves s’impliquent annuellement dans ces activités de jardinage», ajoute la direction.

Les mets proposés dans le bar à salade seront cuisinés chaque semaine par les élèves du service de garde en activité culinaire, avant d’être remis aux élèves qui auront réservé leur plat.

Mini relais pour la vie à Saint-Élie-de-Caxton

Les élèves de l’école primaire Villa-de-la-Jeunesse de Saint-Élie-de-Caxton ont pris part à un mini Relais pour la vie, vendredi. Cette activité avait pour but de les sensibiliser aux saines habitudes de vie, comme bouger, mettre de la crème solaire et bien s’alimenter. Les enfants étaient accompagnés de Cassandra Nadeau, porte-parole du Relais pour la vie de la MRC de Maskinongé. L’activité était une initiative d’Annie Brodeur, responsable du service de garde de l’école.

Recrutement pour le projet Citoyen.ne.s du monde et de chez nous

Trois-Rivières — Les jeunes de 16 à 24 ans intéressés par le projet Citoyen.ne.s du monde et de chez nous ont jusqu’au 15 mai pour s’inscrire. L’accueil, la diversité et l’action citoyenne font partie des valeurs prônées par ce programme qui compte deux volets, soit Réconcili’Art et Citoyen.ne.s du monde et de chez nous. Le premier favorise la réconciliation entre autochtones et non-autochtones par leur rencontre lors d’un projet de co-création artistique. Le second favorise l’implication politique des jeunes en offrant une simulation des Nations unies et une simulation d’un conseil municipal de la jeunesse à la Ville de Trois-Rivières. De plus, un voyage à New York pour visiter les locaux de l’Organisation des Nations Unies sera offert à la fin du projet.

Citoyen.ne.s du monde et de chez nous est financé par le gouvernement du Canada dans le cadre du programme Service jeunesse Canada. Pour avoir davantage d’information, les jeunes intéressés peuvent communiquer avec Lauranne Carpentier au lauranne.carpentier@cs3r.org. Il leur est également possible de s’inscrire via le site internet du Comité de Solidarité/Trois-Rivières, soit le www.cs3r.org, ou sur la page Facebook du projet Citoyen.ne.s du monde et de chez nous.

Shawinigan met les citoyens en garde contre de potentiels fraudeurs

Shawinigan — La Ville de Shawinigan a rappelé aux citoyens, vendredi, qu’elle n’a mandaté aucune entreprise ou firme pour offrir un service de vente ou de vérification d’extincteurs et de détecteurs de fumée. 

Selon la Ville, certaines personnes font du porte-à-porte afin de vendre des extincteurs ou des détecteurs de fumée. Elle souligne cependant que même si elle peut délivrer un permis de colporteur, elle n’a mandaté aucune entreprise pour offrir ce service.

La Ville demande donc aux citoyens d’être vigilants pour éviter d’être la cible de potentiels fraudeurs. Elle suggère notamment de demander de la documentation explicative sur les services offerts et la carte professionnelle de toute entreprise qui se présenterait pour offrir ce service. On indique également que les citoyens qui préfèrent refuser les services d’une entreprise de ce genre n’ont à craindre aucun préjudice. 

Les citoyens qui se sentent floués ou qui constatent avoir été fraudés peuvent porter plainte en contactant l’Office de la protection du consommateur au 1 888 672-2556 ou sur le site opc.gouv.qc.ca. Pour toute question, la Ville invite les Shawiniganais à contacter son Service aux citoyens au 819 536-7200 ou à l’adresse information@shawinigan.ca

Départ historique des Ursulines: une deuxième date pour visiter le monastère

Trois-Rivières  — Le départ des Ursulines de leur historique monastère de Trois-Rivières crée de toute évidence un engouement dans la population pour visiter cette magnifique bâtisse de 320 ans.

Les religieuses offrent en effet au public une seconde possibilité d’effectuer cette visite avant leur grand départ prévu pour le 8 juillet.

«Vu l’immense succès et le nombre incroyable de réservations que nous avons reçues pour les portes ouvertes du monastère, nous ouvrons une deuxième date: le samedi, 11 mai 2019, de 13 h à 17 h», indique le Musée des Ursulines par voie de communiqué.

Cette fois-ci encore, il faudra obligatoirement réserver en communiquant au 819-375-7922 ou en écrivant à info@musee-ursulines.qc.ca.

Il s’agira d’une visite guidée de ce lieu habité par plus d’un millier de religieuses au fil des centenaires.

Rappelons que les Ursulines habiteront, dès l’été prochain, dans un tout nouvel édifice de la rue de Draveurs qu’elles partageront avec deux autres communautés religieuses et quelques laïcs.

Cocktail-bénéfice de la Fondation Keranna

La Fondation Keranna tenait récemment son cocktail-bénéfice annuel en collaboration avec Trevi. Chaque année, les fonds recueillis lors de cette soirée sont utilisés en totalité pour soutenir le projet éducatif de Keranna. On aperçoit ici, de gauche à droite: Marie-Hélène Larocque, présidente de la Fondation. Nancy Sabourin, présidente d’honneur et Julie L’Heureux, directrice de l’école Keranna. L’événement a permis d’amasser 21  320 $.