Heidi Levasseur

L'actualité régionale en bref

Heidi Levasseur lance sa campagne de sociofinancement
Heidi Levasseur a officiellement lancé, mercredi, une campagne de sociofinancement en prévision de sa traversée de l'océan Atlantique à la nage. La nageuse se spécialisant dans les défis de très longues distances offre aux personnes intéressées de parrainer des «milles marins». Les premiers «milles marins» seront d'ailleurs offerts gratuitement aux premiers preneurs. 
Pour information sur cette campagne ou pour acheter des articles promotionnels afin de financer ce défi, visitez le site Internet heidilevasseur.ca.
Il est également possible de suivre la nageuse sur Facebook en se rendant sur la page Sirène du Québec. Vous pouvez également la contacter en écrivant à l'adresse courriel lasireneduquebec@gmail.com.
Maison hantée à Batiscan
Pour une sixième année, une maison hantée envahira le centre communautaire de Batiscan à l'occasion de l'Halloween. 
Depuis ses débuts, l'équipe des loisirs de la petite localité explore des thématiques différentes qui sortent de l'ordinaire pour cette activité qui se veut maintenant davantage un parcours de peur qu'une simple maison hantée. 
Les amateurs d'émotions fortes sont donc attendus de 13 h à 17 h le 30 octobre ainsi que de 17 h 30 à 21 h le 31 octobre. 
L'activité est gratuite pour tous.
Sur la photo, nous apercevons Valerie Labidi en compagnie de France Cormier, présidente du Noël du Pauvre, section Shawinigan.
Noël du Pauvre à Shawinigan
La section shawiniganaise du Noël du Pauvre mise cette année sur Valerie Labidi comme présidente d'honneur. Celle qui a grandi à Shawinigan est une passionnée de mode qui possède la boutique Ora au centre-ville shawiniganais.
La direction du Noël du Pauvre de Shawinigan organise différentes activités, en plus du traditionnel téléthon, avec l'objectif d'amasser 75 000 $.
Sur la photo, nous apercevons Mme Labidi en compagnie de France Cormier, présidente du Noël du Pauvre, section Shawinigan. - photo: sylvain mayer
Sur la photo: Annie Gagné (à gauche) a participé à l'événement et elle s'est arrêtée au kiosque Sportchief sous la tente du chasseur. Elle est en compagnie de Chantal St-Louis (à droite).
Festival de chasse
Le Festival de chasse du Haut Saint-Maurice a présenté le salon des chasseurs, mercredi soir. Les adeptes de la chasse ont défilé en grand nombre pour rencontrer divers commerçants du milieu. Ils ont également pu participer à un concours d'appel à l'orignal et assister à une représentation d'un film de chasse.
Jeudi, ce sera le traditionnel souper steak et en soirée il y aura le spectacle de Karma Kameleon suivi du groupe latuquois Québec inc.
Sur la photo: Philippe Sergerie, président du Festival de chasse du Haut Saint-Maurice, Carl Charland et Michaël Martineau de la microbrasserie La Pécheresse et David Fortin, directeur de la SAQ La Tuque.
Vins, bières et cocktails
Le 6e salon des vins, des bières de microbrasseries et des cocktails a eu lieu, mardi soir, dans le cadre du Festival de chasse du Haut Saint-Maurice.
Quelques centaines de personnes ont pu goûter plusieurs catégories de vins et de spiritueux.
De plus, pour la première fois cette année, des bières de microbrasseries ont pu être dégustées. Les exposants étaient nombreux.
La Fondation RSTR fait appel à la population
Une centaine de bénévoles donneront un coup de pouce à la Fondation régionale pour la santé de Trois-Rivières (RSTR), le 27 octobre, alors qu'ils se réuniront dans l'un ou l'autre des sept points de collecte qui seront déployés sur le territoire trifluvien. 
L'organisme qui oeuvre dans la communauté afin d'épauler le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS-MCQ) tiendra son premier poste de péage volontaire.
Les fonds amassés au cours de cet événement caritatif serviront à l'achat d'un laser pour le bloc opératoire du Centre hospitalier affilié universitaire régional de Trois-Rivières du CIUSSS-MCQ.
La Fondation RSTR tient d'ailleurs à souligner qu'un coupon sera remis à chacun des donateurs afin qu'il ne soit pas sollicité une seconde fois par les bénévoles.
Avec Félix St-Aubin