Les principaux participants étaient fiers de faire un chèque de 16 352,70 $ à Leucan.

L'actualité en bref

Défi têtes rasées: 16 352 $ amassés à Val-Marie

L’école privée Val-Marie a réussi à amasser 16 352,70 $ alors que se déroulait, vendredi midi, sa toute première participation au Défi des Têtes rasées Leucan présenté par Proxim.

Dix-sept élèves de 2e, 4e, 5e et 6e années, cinq membres du personnel ainsi que cinq parents, soit 27 personnes en tout, ont accepté de se faire raser les cheveux au profit de la cause et surtout en solidarité envers la petite Raphaëlle Boivin, une élève de maternelle
de l’école qui a eu recours aux services de Leucan durant son combat contre le cancer, indique Geneviève Bournival qui a coordonné l’activité.

Au total, 373 élèves et les membres du personnel ont été invités à porter leur tuque ou leur casquette dans l’école en échange de dons, ce qui a contribué à grossir de 1200 $ le montant final de plus de 16 000 $.

Grâce à ces dons, Leucan Mauricie et Centre-du-Québec offre des services de soutien aux familles d’enfants atteints de cancer et finance la recherche clinique en oncologie pédiatrique.

26,5 heures de travail «invisible» par semaine

Après avoir compilé près de 5000 réponses sur son «calculateur de travail invisible, en octobre 2019, l’organisme L’R des centres de femmes du Québec évalue que les Québécoises effectuent en moyenne 26,5 heures de travail invisible par semaine, ce qui représente 1,7 M$.

Dans le cadre de la Semaine nationale d’action des centres de femmes, l’organisme Femmes de Mékinac a donc tout récemment rencontré la représentante en région de la ministre Sonia LeBel, Geneviève Frappier, à ses bureaux de Saint-Tite afin de discuter des impacts des décisions politiques sur la vie des femmes.

L’organisme estime que «la quantité de travail invisible réalisée par les femmes est directement proportionnelle à l’effritement du filet social».

Femmes de Mékinac estime également que le filet social est mis à mal «par les politiques néolibérales», notamment les coupes en santé et en services sociaux et le sous-financement chronique du secteur communautaire.

«Ce sont principalement des travailleuses, dans ces secteurs, qui sont touchées par les coupes et les mauvaises conditions de travail et ce sont principalement des femmes qui pallient le manque de services en réalisant davantage de travail invisible», indique Monique Lachance, coordonnatrice de Femmes de Mékinac.

Le centre de femme demande à la ministre LeBel de s’engager à contacter Femmes de Mékinac la prochaine fois qu’elle se trouvera face à une décision politique qui pourrait avoir un impact sur la vie des femmes.

Lab-école de Maskinongé: le public invité au concours d’architecture

Le public est invité à assister au dévoilement des quatre concepts architecturaux imaginés par les firmes finalistes du concours d’architecture lancé en vue de la construction du Lab-École Maskinongé.

En octobre 2019, 18 propositions avaient été déposées pour le Lab-École dans le cadre du concours d’architecture Penser l’école de demain. Quatre firmes avaient été retenues par un jury composé d’architectes, de représentants de la Commission scolaire et du milieu municipal.

Au cours des derniers mois, ils ont complété leur équipe respective en intégrant différents professionnels afin d’approfondir leur proposition architecturale, notamment des ingénieurs et des architectes paysagers.

La soirée de présentation se déroulera le mardi 25 février, à 18 h, à l’auditorium de l’école secondaire L’Escale, rue de La Mennais à Louiseville.

Le public est invité à assister à la présentation, qui est habituellement à huis clos. Chaque finaliste disposera de 18 minutes pour présenter son concept. Suivra une période de questions du jury d’une durée de 18 minutes.

La Commission scolaire précise qu’il sera interdit de prendre des images durant cette activité. Le contenu des présentations demeurera confidentiel jusqu’au dévoilement du lauréat qui aura lieu en mars.

Journée d’orientation pour l’année 2020

L’organisme Épilepsie Mauricie Centre-du-Québec convie ses membres et toute personne intéressée à une journée d’orientation.

L’activité se déroulera le samedi, 29 février, à partir de 13 h, au pavillon Maurice-Pitre du Parc Laviolette.

La journée débute par une conférence de Luc Blanchette, psychologue, sur le thème du bonheur. Les membres discuteront ensuite des orientations de l’organisme pour 2020 et de leur intérêt pour les activités suggérées. Toutes les personnes désireuses de soutenir l’organisme sont également invitées à participer à cette activité.

L’Écopasse gagne en popularité

Un récent sondage effectué auprès de 2715 étudiants du Cégep de Trois-Rivières révèle que l’utilisation du transport en commun est passée de 17,7 %, en 2018, à 30 % en 2019.

Avant l’implantation de l’Écopasse, la proportion était de seulement 9,5 %.

L’Écopasse, rappelons-le, est un passeport universel qui donne un accès libre aux étudiants du Cégep de Trois-Rivières aux services de transport en commun de la STTR ainsi qu’aux transports collectifs régionaux de la MRC des Chenaux, de Maskinongé et de Bécancour-Nicolet-Yamaska durant l’année scolaire.

Son prix, obligatoire pour tous les étudiants du Cégep, est de 60 $ par session et s’ajoute aux frais d’inscription.

Dans un souci de contribuer à diminuer son impact sur l’environnement, le Cégep a mis en place un stationnement sécurisé pour les vélos afin de stimuler le transport actif en plus d’implanter des mesures pour faciliter et encourager le covoiturage.

Au cours des prochains mois, le Cégep procédera à l’analyse de son empreinte écologique en commençant par l’évaluation de son bilan carbone lié au transport.

Qui sera le Coq 2020 de la Mauricie?

Pour une seconde année, le Gala Gens de Terre & Saveurs, qui souligne l’excellence des artisans et des entreprises agricoles et agroalimentaires en Mauricie, part à la recherche des meilleurs projets innovants en matière de protection de l’environnement, en agriculture ou en saines habitudes alimentaires.

Ces initiatives pourront être présentées dans la catégorie Le Coq, à l’occasion du Gala qui sera présenté le 16 avril prochain. Cette catégorie, ouverte à tous, s’ajoute à la dizaine de prix qui seront remis lors de cette soirée.

Tous les instigateurs de projets provenant d’établissements scolaires, d’entreprises, peu importe les secteurs, d’associations communautaires ou de groupes à caractère social, sont invités à soumettre leur candidature.

L’an dernier, c’est l’école Louis-de-France et son projet L’Agroalimentaire s’invite à l’école qui s’était démarqué parmi la dizaine de candidatures.

Les aspirants coqs peuvent soumettre leur projet jusqu’au 22 mars prochain sur le site web du Gala (gensterresaveurs.com) et un jury indépendant déterminera le récipiendaire du Coq 2020.

Le lauréat sera connu le 16 avril prochain lors du Gala Gens de Terre & Saveurs, avec la présence de l’ambassadeur de l’événement, Pasquale Vari, chef cuisinier et juge à l’émission Les Chefs de Radio-Canada.