De gauche à droite, Nadine Martel, agente de projet Mékinac, Philippe Boéchat, un accordeur de Notre-Dame-de-Montauban, Gervais Arsenau, un accordeur de Sainte-Thècle, Édith Kaltenrieder, directrice de l’Accorderie de Shawinigan et directrice du projet Mékinac, et Donat Gingras, un accordeur de Sainte-Thècle.
De gauche à droite, Nadine Martel, agente de projet Mékinac, Philippe Boéchat, un accordeur de Notre-Dame-de-Montauban, Gervais Arsenau, un accordeur de Sainte-Thècle, Édith Kaltenrieder, directrice de l’Accorderie de Shawinigan et directrice du projet Mékinac, et Donat Gingras, un accordeur de Sainte-Thècle.

L’Accorderie étend ses services dans Mékinac

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Sainte-Thècle — Que ce soit pour recevoir des services ou donner de leur temps, les citoyens de la MRC de Mékinac ont maintenant accès aux services d’une Accorderie comme à Shawinigan. Un organisme qui repose sur un principe d’échange de temps et qui est très apprécié en cette période de pandémie.

Les «AccordeurEs» sont ainsi appelés à mettre leurs compétences à la disposition des autres membres. Que ce soit des conseils pour cuisiner, apprendre une langue ou à jouer d’un instrument de musique, de la couture, du dépannage informatique, du gardiennage, de la restauration de meuble, du tricot, du jardinage, de la lecture, etc.

Chaque personne qui devient AccordeurE dispose de 15 heures dans son compte, ce qui lui permet d’échanger ses services. Le principe de fonctionnement de base, c’est qu’une heure de service rendu vaut une heure de service reçu, peu importe la nature, la complexité ou l’effort lié au service échangé.

La directrice de L’Accorderie de Shawinigan, Édith Kaltenrieder, estime que la pandémie de la COVID-19 a prouvé l’utilité d’un tel organisme. En plus des appels de courtoisie pour s’enquérir de l’état de santé physique et psychologique de ses membres et de leurs besoins, plusieurs services ont été rendus.

«Des accordeurs ont effectué des commissions pour les personnes confinées ou qui peinent à se déplacer. Nous avons organisé des ateliers pour la création de couvre-visages et pour l’installation d’une plateforme virtuelle comme Zoom afin que nos membres puissent conserver le contact avec les membres de leur famille. Une vingtaine de nos accordeurs ont consacré un total de 1000 heures de leur temps bénévole au projet des Incroyables comestibles qui consiste à cultiver des fines herbes et légumes frais dans des bacs accessibles à toute la population», énumère-t-elle.

Par ailleurs, en plus d’avoir permis d’élargir son offre de services dans la MRC de Mékinac, l’arrivée en poste de l’agente de projets aura permis de faire passer à 42 le nombre de membres collaborateurs, nommés les accordeurs. Il s’agit de Nadine Martel, qui est en mode recrutement de nouveaux membres. Elle peut être contactée à son bureau situé au 301 rue Saint-Jacques, au local 215 à Sainte-Thècle, par téléphone au 418-507-5222 ou au 819-696-7554 et par courriel à mekinac.shawinigan@accorderie.ca.

Dans Mékinac, le projet a été rendu possible grâce à un soutien de plus de 135 000 $ provenant du gouvernement du Québec et de l’implication de partenaires du milieu dont la Corporation de développement communautaire de Mékinac et le Carrefour Emploi Mékinac.

Un financement de 39 732 $ sur trois ans provient du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, issu du Fonds québécois d’initiatives sociales (FQIS), dans le cadre du programme de l’Alliance pour la solidarité du Québec. De plus, les conseils des maires de la MRC de Mékinac ont investi une somme de 81 000 $ dans la réalisation du projet par le biais du Fonds aide région ruralité, volet 2 et d’une subvention salariale de 14 463 $ d’Emploi Québec pour le salaire de l’agente de projet.

Lors d’un point de presse virtuel, le ministre responsable de la Mauricie, Jean Boulet, a souligné l’importance d’un tel projet. «Plus que jamais, les populations vulnérables doivent avoir accès à des services ciblés selon leurs besoins pour les aider à traverser cette période d’incertitude, a-t-il soutenu. Grâce au soutien financier accordé dans le cadre de l’Alliance pour la solidarité, les actrices et les acteurs locaux de la MRC de Mékinac peuvent proposer des projets innovants tels que l’Accorderie pour répondre aux réels besoins des citoyennes et des citoyens. On offre ainsi des ressources et des services là où ils sont réellement utiles.»

La députée de Champlain et présidente du Conseil du trésor s’est pour sa part dite emballée par le projet qui suit le concept de «donner au suivant». «Considérant la crise sanitaire actuelle, ce service est d’une grande aide pour plusieurs. (…) Cet échange de bons services, que ce soit aider pour faire les courses ou encore effectuer un transport chez le médecin, mise sur l’entraide et valorise les échanges au sein de la communauté», a souligné Sonia LeBel.