Mélissa et Jimmy Marcouiller, promoteurs du projet de résidences de tourisme sur la route des Champagne, tout près du lac Vincent.
Mélissa et Jimmy Marcouiller, promoteurs du projet de résidences de tourisme sur la route des Champagne, tout près du lac Vincent.

Lac Vincent: tenue de registre prévue vendredi

Guy Veillette
Guy Veillette
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Sans surprise, l’opposition au projet de création de résidences de tourisme au lac Vincent s’est manifestée à l’étape de la demande d’approbation référendaire, de sorte qu’une tenue de registre se déroulera le vendredi 25 octobre à l’hôtel de ville de Shawinigan, entre 9 h et 19 h.

Si 41 citoyens des zones concernées enregistrent leur dissidence à cette occasion, le conseil municipal devra décider s’il pousse ce dossier controversé au scrutin référendaire ou s’il abandonne tout simplement le processus de modification au zonage. Si le nombre minimal de signatures n’est pas atteint, le règlement sera réputé approuvé par les personnes habiles à voter.

Le lac Vincent est situé dans le secteur Saint-Jean-des-Piles, juste avant l’entrée du Parc national de la Mauricie. À la demande des promoteurs, Jimmy et Mélissa Marcouiller, la Ville de Shawinigan a entrepris l’adoption d’un projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (PPCMOI) sur un lot, afin que les maisons qui y seront construites puissent être louées à des touristes. Six résidences sont prévues dans le cadre de ce projet.

Or, tout au long du processus d’adoption de ce PPCMOI, des riverains ont manifesté une vive opposition. Même si ces résidences n’étaient pas construites sur les rives du lac Vincent, ils craignent une activité accrue autour de ce fragile plan d’eau. Ils s’attendent également à ce que leur quiétude soit brimée par des fêtards, sans compter l’augmentation de la circulation dans le secteur.

L’Association des propriétaires du lac Vincent soulève également que les gens qui se sont installés dans cet environnement ne soupçonnaient pas qu’un conseil municipal puisse soudainement permettre des activités commerciales.

Une assemblée publique de consultation sur ce projet, le 17 juin, puis une rencontre d’information, le 21 août, ont permis aux citoyens d’exprimer leurs réserves. Malgré tout, le 23 septembre, le conseil municipal adoptait le second projet de résolution pour l’adoption du fameux PPCMOI.

La mobilisation citoyenne ne s’est toutefois pas essoufflée. Les propriétaires de cinq zones touchées par ce projet ont formulé une demande d’approbation référendaire, menant à la tenue de registre de vendredi.

Rappelons que le Regroupement des associations de lacs et cours d’eau de Shawinigan s’est joint au débat, en demandant aux élus d’adopter une réglementation pour encadrer les résidences de tourisme sur le territoire. Le conseil municipal s’est engagé dans cette réflexion au cours des derniers mois.

Depuis la fusion en 2002, un seul référendum a été organisé à Shawinigan pour trancher une modification de zonage. Il touchait l’implantation de la clinique d’acupuncture de Sylvie Doucet dans le secteur Shawinigan-Sud, qui avait finalement pu être réalisée malgré l’opposition. Lors du scrutin, en mai 2013, une forte majorité de résidants touchés s’était prononcée en faveur du projet.