L’absence de marche à suivre dénoncée

Sainte-Anne-de-la-Pérade — Céline Beaulieu, une résidente de Sainte-Anne-de-la-Pérade, a assisté à l’importante opération de recherche et de sauvetage qui a permis de récupérer les trois hommes, samedi dernier. Quelques jours après l’événement, elle dénonce l’absence de marche à suivre en pareille circonstance.

En effet, selon ce qu’elle a pu observer, les premiers répondants ne bénéficiaient pas des ressources nécessaires pour venir en aide aux personnes en détresse. «Les gens sont restés deux heures dans l’eau glacée du fleuve Saint-Laurent. Le problème, c’est que ce n’est pas la première fois qu’il arrive des incidents ici. C’est comme si à chaque fois le plan de match était improvisé. Lorsque nous avons appelé la Garde côtière, car nous voyions que la situation allait dégénérer, ils nous ont répondu que les premiers répondants étaient informés et qu’ils étaient en route. Lorsqu’ils sont arrivés, ils étaient tous impuissants. Ils ne pouvaient rien faire et ils n’étaient que des témoins visuels.»

Mme Beaulieu ajoute que même si tout le monde s’en est sorti indemne, plusieurs lacunes émergent de cette situation. «On dit à la population que tout s’est bien déroulé, mais moi j’aimerais savoir pourquoi c’était aussi long avant que la Garde côtière arrive. À la suite de cet événement, la Garde côtière ne peut pas ne pas se remettre en question ou ne pas revoir ses politiques de prévention et d’intervention. La prochaine fois, et que ça soit ici ou non, ça prend une intervention rapide», conclut-elle.