Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay

La Tuque veut faire un virage vert

La Tuque — La Ville de La Tuque a présenté les lignes directrices de son plan de gestion des matières résiduelles lors de la dernière assemblée publique. La Municipalité entend prendre un virage vert dans le but d’améliorer son bilan environnemental, d’être autonome, mais également pour faire des économies.

«Ce n’est pas un dossier sexy, mais c’est important. On doit faire ce virage vert», affirme le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

«Ce n’est pas évident de tenter de faire des économies là-dedans, poursuit-il, mais il faut trouver des façons d’économiser parce que de plus en plus, le transport de ces matières est dispendieux. On est en augmentation de 20 à 30 % par année.»

La Tuque veut mettre en place une formule plus autonome dans les prochaines années avec notamment un nouvel écocentre.

«On souhaiterait mettre en place un écocentre de deuxième génération qui permettrait de séparer davantage les matières. Plus on les sépare, plus on peut aller chercher un meilleur prix quand vient le temps de le vendre aux différents preneurs. Le but d’un écocentre de deuxième génération c’est de maximiser le tri dans le but de maximiser les revenus de la vente des matières», a expliqué Justin Proulx, directeur aménagement, développement du territoire et urbanisme.

La Municipalité voudrait également introduire le bac brun pour les matières organiques et aménager une plate-forme de compostage pour en disposer directement en Haute-Mauricie. Pour se faire, les collectes devront être réorganisées.

«Si on veut sortir les matières organiques, il faut changer les façons de faire au niveau de la collecte porte-à-porte. […] Les déchets partiraient à l’extérieur, mais les matières organiques seraient traitées ici sur une plate-forme de compostage. Ce compost pourrait être utilisé par la municipalité sur ses terrains, mais pourrait éventuellement aussi être remis aux citoyens dans le cadre d’activités», explique Justin Proulx.

La Ville envisage également de bannir les bouteilles de plastique dans les événements et les bâtiments municipaux.

«On parle aussi de bannir les sacs de plastique à usage unique. Il y a beaucoup de municipalités qui ont déjà entrepris ces façons de faire».

De plus, on souhaite instaurer une brigade verte pour sensibiliser et informer la population.

La mise en place de ces actions pourrait se faire entre 2020 et 2022.

La Municipalité a présenté les grandes orientations, mais assure qu’elle tiendra des séances de consultations publiques.

«On ne peut pas dégager un chantier comme ça et vous tenir au courant à raison de cinq ou dix minutes le soir de l’assemblée, on va sûrement rencontrer tous les gens concernés. […] Il y a des orientations, mais les décisions restent à venir», note le maire.

«On est à l’étape d’analyse, mais aussi de demander des subventions», a-t-il spécifié.