On voit ici le maire Michel Isabelle.

La tension monte au conseil municipal de Yamachiche

Les conseillers municipaux Paul Carbonneau, Dominic Germain et Dany Trahan ont fait front commun vendredi, afin de dénoncer l'ingérence du maire Michel Isabelle dans l'administration municipale. Dans un communiqué envoyé aux médias, ils ont notamment critiqué l'attitude de M. Isabelle, qui a fait parvenir cette semaine une mise en demeure aux six conseillers de Yamachiche. Si le motif de ce geste demeure encore inconnu, les trois conseillers ont indiqué que la discorde concernait une affaire liée au comité des ressources humaines.
Paul Carbonneau, Dominic Germain et Dany Trahan sont tous les trois membres du comité des ressources humaines de la municipalité de Yamachiche. En siégeant à ce comité, ils ont entre autres le mandat d'étudier les plaintes pour harcèlement déposées par les employés municipaux. Selon eux, c'est en exerçant ce rôle que les conseillers semblent s'être attiré les foudres du maire. Mais quoi que ce dernier en dise, les conseillers considèrent avoir fait leur devoir avec intégrité, et au meilleur de leurs connaissances.
«La municipalité de Yamachiche s'est dotée d'une politique sur le harcèlement en milieu de travail qui s'applique aux fonctionnaires, aux employés et aux élus. Lorsqu'une plainte est déposée, le comité de ressources humaines doit vérifier son bien-fondé et faire des recommandations au conseil municipal afin de corriger la situation», explique M. Carbonneau. «Le maire, pour ses propres raisons, tente d'empêcher qu'une décision soit prise à la suite d'une plainte. Nous croyons qu'il devrait, en toute transparence, permettre que le conseil fasse son travail», ajoute-t-il. 
De son côté, le maire a invité les conseillers à se préoccuper davantage de l'intérêt de la population. Face à cette remarque, M. Trahan a rappelé qu'aucun membre de l'administration municipale n'était au-dessus des lois, et que chacun était sujet à des plaintes advenant un écart de conduite.
«La loi nous impose, en tant qu'employeur, de s'assurer que le milieu dans lequel oeuvrent nos employés est exempt de toute forme de harcèlement. Éventuellement, il est possible qu'une instance régissant les relations de travail au Québec soit chargée de l'affaire, qu'elle procède à une enquête complète, et qu'elle se prononce sur le bien-fondé de la plainte», souligne M. Trahan.
Malgré le climat de frictions qui règne à l'hôtel de ville, les conseillers ont assuré aux citoyens que des mises en demeure ou des possibilités de poursuites judiciaires ne les empêcheraient pas d'aller de l'avant.
Clarifier les choses
Par ailleurs, M. Germain a démenti les rumeurs selon lesquelles les conseillers allaient demander la destitution du maire. «Les coûts d'une telle démarche ne seraient pas justifiés. D'ailleurs, les citoyens de notre municipalité auront bientôt l'occasion de choisir la personne qui occupera le poste de maire pour les quatre prochaines années», a-t-il soutenu.
M. Germain a également spécifié que les mises en demeure n'étaient pas liées aux travaux illégaux effectués par le maire. Rappelons que M. Isabelle avait effectué des travaux de drainage devant sa propriété, sans que la municipalité lui ait octroyé un permis. 
Lors d'une entrevue accordée à TVA Trois-Rivières, le maire s'est défendu en affirmant que le service des travaux publics avait été informé de ses intentions. L'émission du permis aurait cependant pris du retard, ce qui l'aurait poussé à aller de l'avant avec les travaux. Le maire a par ailleurs soutenu qu'il avait respecté les normes municipales, et a admis qu'il avait commis une erreur en effectuant les travaux sans attendre le permis. Au final, il a dû payer une amende de 280 $. 
M. Isabelle considère cependant que cette affaire a attiré plus d'attention qu'elle n'en méritait, considérant l'approche des élections municipales. À cet égard, rappelons que le maire de Yamachiche est en poste depuis 1999, et qu'il siège au conseil municipal depuis 1979. Notons également que le conseiller Paul Charbonneau est candidat à la mairie de Yamachiche. Il a été élu pour une première fois en 2013, et occupe le poste de maire suppléant depuis l'an dernier. Au lancement de sa campagne, M. Carbonneau avait indiqué qu'il souhaitait apporter une nouvelle vision à la direction du conseil municipal.