Le maire de La Tuque était au point de contrôle sur la route 155 Sud jeudi matin.
Le maire de La Tuque était au point de contrôle sur la route 155 Sud jeudi matin.

La SQ prend le relais sur la route 155 Sud à La Tuque

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
La Tuque — Les pompiers du Service incendie de La Tuque auront eu à contrôler l’accès à l’agglomération de La Tuque pendant seulement une trentaine d’heures. Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, qui s’est rendu sur le terrain jeudi matin pour faire de la sensibilisation, a annoncé que la Sûreté Québec a déplacé son point de contrôle permanent du kilomètre 150 vers le kilomètre 86 sur la 155 Sud en début de soirée jeudi. 

«Le dossier a évolué dans le bon sens et on souhaite que ça demeure le plus longtemps possible […] L’objectif, c’est d’assurer la sécurité et la santé de notre population et maintenant, c’est fait. On est bien content», a lancé le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

«Comme c’est à la limite de l’agglomération, ça va protéger La Tuque et les gens du Saguenay Lac-Saint-Jean», a-t-il ajouté.

Du côté de Parent, la Sûreté du Québec effectuera des patrouilles aléatoires, il en sera ainsi également sur la 155 Nord. 

Le maire de La Tuque avait mis de la pression sur le ministère plus tôt dans la journée. Il avait plaidé sa vision. Il a également fait un compte rendu de son expérience sur le terrain jeudi. 

«Au nord, l’achalandage est moindre, c’est surtout des véhicules lourds. […] Par contre au sud, je m’aperçois qu’il y a encore des gens qui veulent tricher, qui veulent aller magasiner. C’est vraiment malheureux et c’est ne pas respecter le décret».

Le maire, Pierre-David Tremblay, a participé au contrôle sur la route 155 avec les pompiers de La Tuque.

Rappelons que trois barrages ont été érigés par les pompiers, et ce pour une durée indéterminée, soit près du km 81 et du km 150 de la route 155, de même que sur la route R-1502 reliant Mont-Laurier à Parent. Les pompiers ont le mandat de faire respecter les règles de l’arrêté ministériel publié par le gouvernement du Québec mercredi qui interdit les déplacements jugés non essentiels vers La Tuque. 

«Mes pompiers veulent réellement travailler et ils se sentent utiles», note le maire.

Le maire n’écarte toujours pas l’idée de déclarer l’urgence locale en vertu de l’article 42 de la Loi sur la sécurité civile s’il le fallait.

«À ce moment-là, on procédera avec une agence de sécurité s’il le faut. Actuellement, on laisse le temps aux décideurs de s’organiser […] Présentement, c’est aux frais de la Ville... On aimerait que sur une route provinciale ça devienne une obligation davantage reliée à la facturation provinciale», a-t-il lancé.

Rappelons que le gouvernement du Québec a pris la décision, mercredi, d’ajouter l’agglomération de La Tuque dans sa liste de régions protégées par des points de contrôles routiers pour limiter la propagation de la COVID-19, tel que demandé lundi par la municipalité dans une lettre adressée à la ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann.

Il faut dire que l’affluence est plus importante sur la route 155 Sud. En temps normal, ce sont entre 2800 et 3500 véhicules qui y circulent, tandis que sur le tronçon Nord, c’est plutôt 2500 par jour incluant le transport lourd qui représente une proportion de 40 %. 

Trois barrages avaient été érigés par les pompiers, jeudi. Les pompiers avaient le mandat de faire respecter les règles de l’arrêté ministériel publié par le gouvernement du Québec mercredi qui interdit les déplacements jugés non essentiels vers La Tuque. Les membres du Service incendie ont été retirés depuis.

Rappelons que le gouvernement du Québec a pris la décision, mercredi, d’ajouter l’agglomération de La Tuque dans sa liste de régions protégées par des points de contrôles routiers pour limiter la propagation de la COVID-19, tel que demandé lundi par la municipalité dans une lettre adressée à la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann.