La SPA Mauricie a fait un inventaire mercredi de produits à partager avec le réseau de la santé.
La SPA Mauricie a fait un inventaire mercredi de produits à partager avec le réseau de la santé.

La SPAM partagera du matériel médical

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — La Société protectrice des animaux de la Mauricie partagera du matériel médical avec les autorités de la santé publique. À la demande de l’Ordre des médecins vétérinaires, «on a identifié le matériel médical qui était essentiel à la crise sanitaire de la COVID-19 hier (mercredi)», indique le directeur général, Marco Champagne.

«Dans les scénarios du gouvernement du Québec, il y a une possibilité que nous puissions collaborer en remettant des boîtes de gants et des boîtes de masques. Il y a plusieurs produits qu’ils pourraient utiliser au niveau de la santé publique. On est prêt à collaborer pour leur remettre du matériel médical, s’ils en ont besoin», dit-il.

Comme l’explique M. Champagne, les employés de la SPAM «ont le droit de porter plusieurs fois le même masque de chirurgie», contrairement aux médecins et infirmières.

«On réutilise le même masque pendant longtemps. Donc au niveau des masques de chirurgie, ce n’est pas problématique. Au niveau des gants de chirurgie, il y a des chirurgies qui peuvent se faire sans gants», dit-il.

Les médecins vétérinaires de la SPA Mauricie ont d’ailleurs «pris une avance au niveau des stérilisations d’animaux», signale le directeur. «On a mis les bouchées doubles, la semaine dernière, pour pouvoir faire le plus de stérilisations possible. Donc on est vraiment en avance», précise-t-il.

«Même si on n’avait plus de gants de chirurgie pendant une semaine, on pourrait très bien continuer à faire de l’adoption avec les animaux qui sont disponibles en ce moment», dit-il.

Il y a en effet une quarantaine de chiens et une soixantaine de chats qui sont présentement en attente d’une famille, dans les locaux d’adoption de la SPAM.

Le directeur général concède que les réserves de produits médicaux que la SPAM pourrait fournir aux autorités sanitaires sont «très marginales si on les compare aux 16 tonnes de matériel médical qui ont été envoyées en Chine, en février. Nous, c’est peut-être quelques boîtes de gants et de masques, tout simplement», précise-t-il, «un peu d’alcool isopropylique, des désinfectants et des bouteilles d’antiseptique».

La SPA Mauricie a fait un inventaire mercredi de produits à partager avec le réseau de la santé.

«Dans les choses qui nous été demandées, plus de 300 produits ont été identifiés par l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec. Beaucoup de ces produits-là étaient toujours disponibles, en inventaire chez notre distributeur. On peut commander encore beaucoup de choses», assure-t-il. Peu de ces produits sont en rupture de stock en ce moment, précise-t-il.

Les quantités que la SPAM pourrait partager sont «vraiment très mineures, mais ça a été demandé par l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec, mercredi, de faire l’inventaire et c’est ce qu’on a fait», dit-il.

Déjà, rappelle-t-il, l’Ordre a demandé aux hôpitaux et cliniques vétérinaires «de ne pas faire de chirurgies électives. J’ai l’impression que beaucoup de cliniques tournent au ralenti, en ce moment, parce qu’elles répondent juste à des urgences». M. Champagne prévoit donc que le milieu vétérinaire pourrait momentanément être en mesure de se passer de gants de chirurgie ou de masques.

Il semble qu’il n’y ait malgré tout pas de problème à collaborer. «Je serais heureux de collaborer», assure le directeur général.

S’il fallait arrêter les chirurgies pendant une semaine, au niveau de la stérilisation, «ce ne serait pas problématique parce qu’on pourrait toujours faire adopter des animaux que nous avons encore de disponibles», dit-il.

Depuis le 23 mars, date à laquelle le premier ministre Legault a mis le Québec sur pause, une centaine d’adoptions ont eu lieu à la SPAM, précise-t-il. «Il y a eu un boom lundi et mardi passés. M. Champagne précise que la SPAM n’a pas baissé ses critères d’adoption, malgré la situation car elle tient à ce que les adoptions soient réussies.

«On a encore besoin de la population pour faire des adoptions», ajoute-t-il.

Bon an, mal an, la SPAM fait entre 40 et 80 adoptions chaque semaine.

Puisque les adoptions doivent se faire sur rendez-vous à cause de la COVID-19, les horaires ont été augmentés et sont maintenant du lundi au samedi, à Trois-Rivières, de 8 h à 17 h et à Shawinigan, du mardi au jeudi, de 13 h à 15 h 30, de même que les vendredis et samedis, de 12 h à 16 h 30.

Depuis quelques jours, la SPAM a créé une boutique virtuelle et les citoyens peuvent faire livrer de la nourriture pour leur animal de compagnie sans aucun contact. Les livraisons sont déposées à la porte.