Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

La SOPFEU interdit les feux à ciel ouvert dans plusieurs secteurs

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
En raison des conditions météorologiques actuelles, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a lancé un appel à la prudence auprès de la population et une interdiction de faire des feux à ciel ouvert pour certains secteurs. Le danger d’incendie est très élevé dans la région et même extrême du côté de la Haute-Mauricie. La situation perdurera encore alors que les prochains jours continueront d’apporter des températures élevées sur la province, sans précipitations substantielles.

La SOPFEU indique que les indices météo prévoient que les conditions seront non seulement propices à l’éclosion d’incendies, mais qu’elles favoriseront également les feux de grande intensité, pouvant se propager rapidement. 

Depuis le début de la semaine, la SOPFEU suit la situation de très près et anticipe l’éclosion de plusieurs nouveaux feux. 

«C’est un appel à la prudence. Ce sera important pour les prochains jours», insiste la porte-parole de la SOPFEU, Josée Poitras.

Il y a présentement 15 feux en activité dans la zone de protection intensive, mais aucun en Mauricie ni au Centre-du-Québec. 

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, en collaboration avec la SOPFEU, a d’ailleurs décidé d’interdire de faire des feux à ciel ouvert en forêt ou à proximité, et cela, en raison des conditions qui sévissent présentement. Cette interdiction entre en vigueur dès 8h le 9 juin. En Mauricie les secteurs visés sont Mékinac, au nord de la latitude 47º et La Tuque.

L’organisme de protection rappelle d’ailleurs qu’il n’est pas recommandé de faire des feux à ciel ouvert, comme des feux de camp ou du brûlage de rebuts, lorsque le danger d’incendie varie d’élevé à extrême ou lorsque les vents soufflent à plus de 20 km/h.

Pour les amateurs de feux d’ambiance, la SOPFEU recommande fortement d’utiliser un foyer muni d’un pare-étincelles avec des ouvertures d’une dimension maximale d’un centimètre. On rappelle également que plusieurs municipalités disposent d’une réglementation concernant les feux à ciel ouvert. 

Par ailleurs, la SOPFEU demande de redoubler de vigilance lors d’un déplacement en véhicule tout terrain (VTT). Lorsque le danger d’incendie est élevé, on demande aux quadistes de ne pas rouler hors des sentiers afin d’éviter tout contact entre les broussailles sèches et les parties chaudes du moteur qui pourrait causer un incendie de forêt.

«On aime ça le VTT en Mauricie, et il y a tellement de beaux endroits pour en faire, alors ça peut être une problématique. Il faut être prudent», indique Mme Poitras.

Il faut dire que depuis le début de la saison 97 % des incendies ont été causés par l’activité humaine. Seulement 3 % des feux ont été causés par la foudre, qui brûlent souvent de plus grandes superficies. 

«Souvent, c’est de l’insouciance. La personne ne saura même pas qu’elle va mettre le feu à la forêt, parce qu’on pense qu’on a bien éteint notre feu de camp, notre mégot de cigarette…», note la porte-parole de la SOPFEU.

«Les feux de foudre, on ne peut pas les arrêter, mais au moins on anticipe et on essaie de limiter les superficies», ajoute-t-elle.

Depuis le début de la saison de protection, en Mauricie et au Centre-du-Québec, il y a eu 38 incendies qui ont affecté 19 hectares de forêt. Ce sont des incendies majoritairement reliés à du brûlage de matières résiduelles ou à des feux de camp.

Dans la province, 306 incendies ont été allumés affectant 738,6 hectares (ha) de forêt. En moyenne, la SOPFEU enregistre à cette période de l’année, 186 incendies pour 3404 ha de forêt touchée. 

Il faut dire qu’après un mois d’avril plus occupé qu’à l’habituel, le bilan du mois de mai, pour sa part, se situe légèrement au-dessus la moyenne pour le nombre de feux. En mai, ce sont 152 incendies qui ont brûlé 59,1 hectares (ha) de forêt en zone de protection intensive. 

«Bien que le nombre de feux combattus ne dépasse pas significativement la moyenne de dix ans, le total de la superficie affectée est nettement sous la moyenne pour un mois de mai. Cette moyenne se situe à 131 incendies pour 2813 ha. Au cours du mois de mai, le Québec a reçu moins de pluie que la normale. L’air était très sec et les températures ont dépassé les normales de saison, particulièrement au sud de la province», a indiqué la SOPFEU.