Le candidat du Parti québécois dans Champlain, Gaétan Leclerc, en compagnie des membres de son comité électoral, au terminus Fusey de la STTR.

La solution de Gaétan Leclerc

TROIS-RIVIÈRES — C’est au terminus Fusey de la STTR que le candidat péquiste dans Champlain, Gaétan Leclerc, a salué les engagements de son parti en matière de transport et d’environnement.

Selon ce directeur du matériel roulant et de l’entretien à la Société des Transports de Trois-Rivières, le transport en commun est une solution sérieuse pour endiguer les changements climatiques. «À cet égard, la STTR dispose actuellement d’une flotte de 13 autobus propulsés par un système biénergie», a-t-il fait savoir.

Celui-ci se dit donc en bonne position pour évaluer les impacts positifs sur l’environnement que propose sa formation politique pour électrifier plusieurs modes de transport, dont les autobus scolaires.

«Nos engagements sont écoresponsables. Ils traduisent une volonté ferme de réduire l’empreinte environnementale des Québécois et à cet effet, je pourrai être une source supplémentaire au sein d’un éventuel gouvernement péquiste pour m’assurer que cet engagement se rende à terme», soutient Gaétan Leclerc.


« «Nous devons donner l’exemple comme gouvernement et entreprendre une transition harmonieuse pour les citoyens» »
Gaétan Leclerc

Le Parti québécois propose de contraindre tous les concessionnaires automobiles à offrir des véhicules électriques aux Québécois dès 2035 et obliger le gouvernement du Québec à disposer d’une flotte de véhicules entièrement électriques à partir de cette période.

«Nous devons donner l’exemple comme gouvernement et entreprendre une transition harmonieuse pour les citoyens, car ils pourront effectuer ce changement à leur rythme», confirme-t-il.

Sensible aux nombreux phénomènes observés à l’échelle mondiale résultant des changements climatiques, Gaétan Leclerc joint sa voix à celle du collectif des 200 artistes qui souhaitent plus d’actions des gouvernements pour sauver la planète.

«Comme chanteur des œuvres de Félix, je vais en France régulièrement depuis une vingtaine d’années. J’ai pu observer l’engagement de nombreux artistes qui s’impliquent pour la cause de l’environnement. Si j’obtiens la confiance de mes électeurs pour devenir leur député, je pourrai jouer un rôle primordial et témoigner des initiatives concrètes mises de l’avant dans mon comté et ailleurs dans le monde pour améliorer notre environnement», fait-il valoir.

Et pour ce dernier, le transport en commun ne touche pas seulement le milieu urbain, «il interpelle également le milieu rural». Ses nombreuses rencontres dans la MRC des Chenaux lui ont fait réaliser l’importance de travailler à l’amélioration du transport en commun dans ces municipalités.

«Améliorer les heures de fréquentation, c’est un signal fort qui sera donné pour accroître la desserte en milieu rural et ainsi favoriser l’établissement des familles, la rétention des jeunes et œuvrer au développement des communautés rurales», a-t-il conclu.