Le CHSLD Laflèche à Grand-Mère est frappé par une éclosion de COVID-19.
Le CHSLD Laflèche à Grand-Mère est frappé par une éclosion de COVID-19.

La situation toujours aussi critique au CHSLD Laflèche

Marie-Eve Lafontaine
Marie-Eve Lafontaine
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La situation était toujours aussi critique, mercredi, au CHSLD Laflèche à Grand-Mère. Le nombre de résidents testés positifs à la COVID-19 est passé à 28, soit une augmentation de 12 cas en 24 heures. Pour ce qui est du personnel, 12 employés sont atteints, deux de plus que mardi. 

Le nombre de personnes infectées au Centre Laflèche constitue 45% de tous les cas au Centre-de-la-Mauricie. On y dénombre aussi trois décès depuis le début de la pandémie.

«La situation au CHSLD Laflèche nous préoccupe énormément. C’est une situation grave qui sévit», a déclaré Carol Fillion, président et directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Les cas devraient encore augmenter, selon la santé publique, puisque les mesures instaurées démontrent leur efficacité une semaine ou deux après leur mise en place.


Nombre de cas de COVID-19 au CHSLD Laflèche

  • Nombre de résidents atteints: 28
  • Nombre de cas depuis les dernières 24 heures: 12
  • Nombre d'employés atteints: 12
  • Nombre de cas depuis les dernières 24 heures: 2
  • Nombre de décès: 3

La Mauricie-Centre-du-Québec compte 247 personnes infectées par la COVID-19, en date de mercredi, soit 201 en Mauricie et 46 au Centre-du-Québec. C’est 32 cas de plus que la veille. Il s’agit d’une augmentation de près de 15%. Cette hausse est moins marquée que celles des derniers jours. C’est le plus petit nombre de nouveaux cas depuis samedi. Heureusement, on ne déplore aucun nouveau décès dont le total se chiffre à quatre depuis le début de la crise sanitaire. Onze personnes sont hospitalisées et quatre se trouvent aux soins intensifs.

Trente-neuf employés du CIUSSS MCQ ont été testés positifs à la COVID-19 jusqu’à maintenant, soit 15% des cas de la région. Chez l'usine ATrahan d'Olymel à Yamachiche, les travailleurs touchés sont passés de 26 à 41.

À lire: L'usine ATrahan de Yamachiche vidée de ses carcasses de porcs

Le Centre-de-la-Mauricie dépasse maintenant Trois-Rivières en nombre de cas avec 89 personnes atteintes contre 87. Le Haut-Saint-Maurice demeure épargné. Notons que 24 personnes sont guéries dans la région.

Nombre de cas au 1er avril en Mauricie et au Centre-du-Québec: 247 [+ 32 par rapport au 31 mars]

  • Trois-Rivières: 87
  • Centre-de-la-Mauricie: 89
  • Maskinongé: 20
  • Vallée-de-la-Batiscan: 7
  • Bécancour-Nicolet-Yamaska: 4
  • Haut-Saint-Maurice: 0
  • Drummond: 30
  • Arthabaska-et-de-l'Érable: 10

Source: CIUSSS MCQ

On le sait, le coronavirus est particulièrement destructeur dans les résidences pour personnes âgées et les CHSLD. «Ma grande inquiétude actuellement concerne les résidences de personnes âgées», a d’ailleurs déclaré le premier ministre François Legault, mercredi. Il y a au moins un cas de COVID-19 dans 519 de ces établissements sur un total d’environ 2200 au Québec.

Dans la région, à part le CHSLD Laflèche, le coronavirus a réussi à faire une percée dans cinq résidences pour personnes âgées. 

Les Jardins Latourelle à Louiseville

C’est dans la résidence Les Jardins Latourelle à Louiseville qu’on dénombre le plus de personnes atteintes soit cinq résidents et trois membres du personnel. «On est en enquête avec eux. Ils travaillent très fort. On a pris des mesures. On a considéré une partie de cet établissement en éclosion. Pour toute cette partie, des mesures - masques, lunettes, tout l’équipement de protection et d’isolement aux chambres - sont en place. Là aussi dans une semaine ou deux, on devrait voir le fruit de ces efforts», explique la Dre Linda Milette, médecin-conseil à la direction de santé publique.

Dans les quatre autres résidences pour personnes âgées touchées, on compte un ou deux cas.

Linda Milette, médecin-conseil à la direction de santé publique.

La décision de rappeler au travail des employés du Centre Laflèche en isolement préventif continue de faire controverse. La CNESST a d’ailleurs été interpellée dans ce dossier. Ce ne sont pas moins de 60 employés du CHSLD qui se retrouvent dans cette situation. Ils seront rappelés graduellement, selon les besoins.  «On a vraiment utilisé cette mesure parce qu’on est dans une situation de bris de service. Ce sont des personnes qui sont essentielles pour garantir la continuité des services», explique M. Fillion.

Carol Fillion, président et directeur général du CIUSSS MCQ.

Rappelons que ce sont des employés asymptomatiques qui retournent au travail. Ils sont munis de tout l’équipement de protection nécessaire, affirme le CIUSSS. L’apparition de symptômes est aussi surveillée de façon étroite par une infirmière. «On a évalué scrupuleusement les risques avec tous les partenaires. Ce n’est pas une décision qui a été facile, mais étant donné les circonstances, on a été amené à la faire», note la Dre Marie-Josée Godi, directrice régionale de la santé publique.


Marie-Josée Godi, directrice régionale de la santé publique.

Le manque de matériel médical de protection demeure un enjeu important. Des membres du personnel continuent à dénoncer la pénurie de divers items. Une situation fortement décriée par les différents syndicats. Le CIUSSS MCQ assure pourtant avoir suffisamment de matériel pour l’instant. Il qualifie toutefois la quantité de «très limitée». «Aujourd’hui et demain, nous avons le matériel adéquat et suffisant pour protéger nos travailleurs. Le matériel doit être utilisé dans les moments où on en a besoin», affirme M. Fillion.

La situation est réévaluée au jour le jour. Quelques commandes sont arrivées, surtout des masques chirurgicaux. «Ce sont de petites livraisons qu’on reçoit et on va les utiliser de façon très judicieuse pour garantir la sécurité de notre personnel», note M. Fillion.

Encore une fois, la santé publique a tenu à répéter les mesures mises en place pour éviter la propagation du virus comme se laver les mains, garder ses distances, ne pas tenir de rassemblement, rester à la maison et ne pas se déplacer d’une ville à l’autre ou d’une région à l’autre. «C’est la meilleure façon de gagner la bataille qu’on est en train de mener en Mauricie-Centre-du-Québec», souligne M. Fillion.