Heidi Levasseur, à son arrivée dimanche, se disait fière des 250 kilomètres accomplis à la nage entre Montréal et Québec.

La Sirène pulvérise son propre record

Heidi Levasseur peut dire «mission accomplie» à la suite du défi qu'elle s'est lancé pour une seconde fois, celui de nager les 250 kilomètres séparant Montréal et Québec par les eaux du fleuve Saint-Laurent, tout en amassant des fonds pour les organismes reliés aux Banques alimentaires en chemin. À son arrivée au parc de l'Anse-Tibbits de Lévis, celle qu'on surnomme la Sirène du Québec en a profité pour annoncer le rêve qu'elle entrevoit déjà, soit la traversée de l'Atlantique à la nage.
En réalisant un chrono de 36 heures 15 minutes, en comparaison aux 48 heures 30 minutes en 2010, Heidi Levasseur retranche plus de 12 heures à son temps. La nageuse de Trois-Rivières se disait heureuse de son exploit. 
«En plus de m'associer à une cause, je suis fière d'avoir atteint mon objectif de réaliser un meilleur temps que l'épreuve de 2010. Mais de retrancher 25 % m'étonne! Ce chrono devient une marque à battre! Avis aux intéressés!».
C'est hier après-midi, à 14 h 30 que la nageuse Heidi Levasseur a complété son parcours. La nageuse avait quitté Saint-Nicolas vers 12 h 45 hier pour s'attaquer aux derniers 15 kilomètres. Alors qu'elle a nagé quotidiennement une quarantaine de kilomètres, la journée d'hier était allégée en raison des vagues et des vents à l'approche de la Vieille-Capitale. 
Selon elle, ce temps record est attribuable au plan très précis établi au départ, comprenant les lignes de courants et les heures de marées. Elle souligne l'aide du capitaine Sylvain Bertrand pour les derniers jours du défi. Heidi Levasseur se disait étonnamment «plus en forme à l'arrivée qu'au départ» grâce aux bons soins de son massothérapeute, et ce, malgré une tendinite.
Les différentes activités de financement tout au long du parcours auront permis de remettre quelques centaines de dollars à chacun des organismes reliés aux Banques alimentaires du Québec, dont Moisson Mauricie-Centre-du-Québec. 
«Je ressors très fière et très satisfaite de mon expérience», raconte celle qui donne aussi des conférences sur la motivation et la persévérance à partir de l'expérience qu'elle retire de ses défis. 
Elle a atteint Lévis hier après-midi après avoir quitté Longueuil le 6 juillet dernier. Elle s'était arrêtée en milieu de semaine pour prendre une pause chez elle à Trois-Rivières avant de reprendre son périple à la nage jeudi dernier. Heidi Levasseur aura nagé environ huit heures par jour et elle aura parcouru quotidiennement une quarantaine de kilomètres.
À la suite de cette aventure, l'athlète de 34 ans confirme qu'elle caresse un grand défi, celui de traverser l'océan à la nage. Elle se dit déjà prête, mais il lui faut d'abord «des appuis monétaires d'importance, un équipage expérimenté et les partenariats nécessaires».