Thierry Archambault-Laliberté d’Environnement Mauricie.

La Shop à réparer: donner une seconde vie aux biens

TROIS-RIVIÈRES — Le Vendredi fou et le Cyberlundi marquent le début de la course aux cadeaux de Noël dans les commerces et sur le web. Plusieurs organismes de la région ont eu l’idée de créer un antidote à la surconsommation en offrant au public, en plein Vendredi fou, une sorte de ‘Vendredi sage’, La Shop à réparer, qui en sera à sa troisième édition cette semaine.

Environnement Mauricie, la CDEC de Trois-Rivières, COMSEP et Nature Québec, grâce au soutien financier du conseiller municipal Denis Roy, invitent la population à s’y présenter, pour donner une seconde vie à leurs objets brisés ou défectueux qui, autrement se retrouveraient à l’enfouissement.

La formule, gratuite pour tous, fait du chemin en cette période de gaspillage éhonté des ressources naturelles dans le monde.

Les réparations offertes gratuitement aux visiteurs par une quinzaine de bénévoles ne sont peut-être pas garanties, mais lorsqu’elles durent, elles permettent «de reprendre le contrôle de notre consommation en luttant collectivement contre le gaspillage, l’obsolescence et la surconsommation», plaide Thierry Archambault-Laliberté, chargé de projets matières résiduelles et écoresponsabilité pour Environnement Mauricie.

Alors que certains organismes remplacent la démesure du Vendredi fou par une Journée sans achat, La Shop à réparer, elle, fait son possible pour donner une seconde vie aux objets de la vie courante, comme les grille-pain, les vêtements, les ordinateurs, claviers ou souris défectueux, pour ne citer que quelques exemples.

La Shop à réparer, qui se déroulera de 15 h à 19 h le vendredi 29 novembre à la cafétéria de la Maison de la solidarité (1060 rue Saint-François-Xavier à Trois-Rivières), «est une activité ludique où des citoyens se rassemblent pour réfléchir et trouver des solutions pour allonger la durée de vie de leurs articles», explique M. Archambault-Lalberté.

L’illustratrice Catherine Bard sera sur place pour immortaliser cette ambiance en réalisant en direct des croquis des bénévoles, des visiteurs et des réparations effectuées.

Cet événement est inspiré du Repair Cafe, une initiative très similaire née aux Pays-Bas il y a une dizaine d’années.

La première édition de La Shop à réparer a eu lieu en novembre 2018. Elle a été suivie d’une deuxième édition à Saint-Tite en juin dernier.

Plus de 100 objets ont pu être réparés depuis la première édition.