Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’engouement pour l’autocueillette de sapins de Noël force la Sapinière de la Mauricie à terminer sa saison plus tôt cette année.
L’engouement pour l’autocueillette de sapins de Noël force la Sapinière de la Mauricie à terminer sa saison plus tôt cette année.

La Sapinière de la Mauricie victime de son succès

Matthieu Max-Gessler
Matthieu Max-Gessler
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — La saison d’autocueillette de sapin aura été brève à la Sapinière de la Mauricie. Après avoir involontairement causé un bouchon de circulation sur le boulevard des Forges, il y a deux semaines, l’entreprise a annoncé lundi sur sa page Facebook que la saison se terminera dimanche prochain, soit une semaine plus tôt qu’à l’habitude.

Sur les réseaux sociaux, l’entreprise indique qu’il ne lui reste plus de sapins mesurant entre sept et neuf pieds.

«Je suis rendu à vendre des sapins de six pieds. Mais il ne faut pas trop piger dedans, parce que sinon, ça va hypothéquer les prochaines années», indique Michel Paquette, propriétaire de la Sapinière.

C’est l’achalandage particulièrement élevé des dernières semaines qui pousse l’entrepreneur à prendre cette décision. Il s’agit d’une année record quant au nombre de sapins vendus en autocueillette. L’entrepreneur s’explique toutefois facilement ce succès.

«Je n’en ai pas vendu à certains endroits cette année. Il y a une entreprise de Shawinigan qui prend habituellement 400 à 500 sapins chaque année, mais pas cette année. Alors les gens, il a fallu qu’ils se virent de bord. Probablement que des gens qui avaient l’habitude d’aller là sont venus ici», avance-t-il.

Le fait que les gens ont commencé leurs décorations de Noël plus tôt a également contribué à l’engouement des dernières semaines, croit-il. Il reste maintenant à voir si les personnes qui ont découvert l’autocueillette de leur sapin de Noël pour la première fois cette année garderont cette habitude ou non. Là-dessus, M. Paquette a bon espoir que ce sera le cas.

«Je crois que oui. Ces gens-là ont vécu l’expérience et je crois même qu’ils ne reviendront pas seuls l’an prochain, ils vont probablement revenir avec quelqu’un d’autre. Ça risque de faire boule de neige», mentionne-t-il.

Ces nouveaux adeptes ne devraient pas revenir bredouilles l’an prochain, même si l’activité garde sa popularité. M. Paquette assure que son entreprise, qu’il exploite la fin de semaine avec des membres de sa famille, ne manque pas de sapins.

«Je n’en manquerai pas, j’ai un autre site. C’est d’ailleurs là que les gens devront se rendre l’an prochain. Ce n’est pas beaucoup plus loin, à un kilomètre d’ici environ, et les indications pour s’y rendre seront indiquées sur notre site internet», promet-il.

La Sapinière de la Mauricie vend entre 7000 et 8000 sapins chaque année. Normalement, l’autocueillette représente environ 25 % de ses ventes, d’après M. Paquette.