La Santé publique craint que le Vendredi fou entraîne de nouvelles éclosions, si la population se rue dans les magasins en grand nombre.
La Santé publique craint que le Vendredi fou entraîne de nouvelles éclosions, si la population se rue dans les magasins en grand nombre.

La Santé publique et la police de Trois-Rivières à l’affût pour le Vendredi fou

Matthieu Max-Gessler
Matthieu Max-Gessler
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — À la veille du Vendredi fou, les autorités sanitaires et policières de la région se préparent à une surveillance accrue pour éviter que ce festival du magasinage à bas prix se transforme en festival de la transmission de la COVID-19.

La police de Trois-Rivières a annoncé jeudi que ses effectifs participeront à un effort de surveillance accrue des magasins de la ville. Les patrouilleurs auront comme mandat de faire respecter les règles de la santé publique, notamment la distanciation entre les clients dans les files d’attente extérieures, mais aussi à l’intérieur des commerces. Ils seront également à l’affût des récalcitrants qui refuseraient de porter le masque.

«Un travail de sensibilisation au respect des mesures sanitaires sera privilégié, mais l’application de la réglementation par l’émission de constats d’infraction pourrait être une option, si nécessaire», a prévenu la Direction de la police de Trois-Rivières dans un communiqué diffusé jeudi.

La Santé publique, pour sa part, a travaillé en amont de l’événement.

«On a mené des actions préventives avec notre partenaire, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Depuis quelques jours, on fait des visites préventives dans les commerces pour s’assurer que les mesures pour faire respecter la distanciation sont en place», indique la directrice de la Santé publique de la région, Marie-Josée Godi.

Les équipes de la CNESST et de la Santé publique vérifient si des pastilles ont été installées au sol, si des trajectoires ont été marquées pour éviter que les clients se croisent et si de l’affichage a été fait pour rappeler les mesures sanitaires aux clients. Elles vérifient également si une supervision du lavage des mains est faite.

Les commerçants ont également été sensibilisés à l’importance d’évaluer combien de clients peuvent entrer à la fois pour assurer le respect de la distanciation, précise la Dre Godi.

Cette dernière demande par ailleurs à la population d’éviter de se mettre à risque pendant son magasinage.

«On recommande à l’ensemble de la population, si possible, de faire ses achats en ligne pour éviter de se retrouver à plusieurs dans les commerces et de se mettre soi-même à risque, mais aussi nos proches. Tout contact étroit peut engendrer des éclosions et on veut éviter celles-ci au maximum», souligne-t-elle.