Le toit du centre de tri de Récupération Mauricie, à Saint-Étienne-des-Grès, a subi des dégâts en raison du poids de la neige, l’hiver dernier.

La réparation du toit du centre de tri de Récupération Mauricie se fait attendre

Saint-Étienne-des-Grès — Les travaux de réparation du toit du centre de tri de Récupération Mauricie à Saint-Étienne-des-Grès risquent de ne pas commencer avant l’automne. En effet, la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) et ses assureurs sont toujours en réflexion quant à la meilleure solution pour remédier aux dégâts subis par le poids de la neige, l’hiver dernier.

Selon Pierre Tardif, directeur général de la RGMRM, les ingénieurs mandatés par son organisation en sont à négocier avec ceux engagés par les assureurs pour déterminer le type de travaux à faire: réparer le toit ou le reconstruire.

«Nos ingénieurs font des analyses plus fines pour voir s’il est possible de renforcer et de corriger les déformations produites sur la structure du toit au lieu de tout remplacer, explique-t-il. Mais en ce moment, avec les vacances de la construction, tout est un peu au ralenti. On va avoir un retour sur les scénarios possibles, les échéanciers et les coûts, je présume, fin août ou début septembre.»

La solution la plus avantageuse serait de réparer la structure plutôt que de la jeter à terre pour la reconstruire. Le problème n’est pas tant les coûts, qui seront assumés par les assurances de la Régie, mais les délais de construction, qui risquent d’entraîner un ralentissement des opérations du centre de tri. Récupération Mauricie, qui exploite le centre, mais n’en est pas propriétaire, avait d’ailleurs demandé à ses employés de retarder leurs vacances jusqu’à ce que les travaux commencent.

«Si on ne fait que corriger les déformations, c’est sûr que ça a l’avantage d’avoir moins d’impact sur les opérations, reconnaît M. Tardif. Mais il faut aussi qu’on soit sûr que ce sera sécuritaire.»

Le temps risque cependant de manquer, si ces discussions tardent trop. En mai dernier, Récupération Mauricie assurait que le bâtiment resterait sécuritaire, tant qu’il n’aura pas à supporter de charge supplémentaire. Les travaux devront donc être faits d’ici l’hiver, avant que l’accumulation de neige redevienne un problème.

Rappelons que Récupération Mauricie avait été forcée d’évacuer le centre de tri de Saint-Étienne-des-Grès, à la fin février, après que des signes d’affaiblissement de la structure eurent été constatés. Cette situation avait entraîné l’annulation des collectes de bacs de recyclage entre le 28 février et le 11 mars, le temps que des ingénieurs s’assurent que le bâtiment était sécuritaire pour les employés.

D’autres dégâts

D’autres dégâts ont cependant été constatés ailleurs dans le centre de tri. Des employés auraient constaté mercredi que le plafond était courbé à un endroit de l’usine et que des bouts de bois ont été installés pour le soutenir. Toutefois, selon Daniel Cassivi, directeur général de Récupération Mauricie, cette situation est survenue dans une autre section du centre et n’a aucun impact sur sa structure.

«Il n’y a pas eu de mouvement de la toiture du bâtiment, assure-t-il. À l’intérieur, il y a une salle où une ‘’forenz’’ s’est détachée du ‘’thrust’’ (ferme de toit) et le gypse a courbé. On a pris les mesures nécessaires pour s’assurer qu’il n’y a pas de danger et on va prendre les mesures pour réparer. Mais il ne faut pas mêler les affaires: ce n’est rien de structurel et ce n’est pas lié au toit, ce sont deux structures indépendantes.»

Le directeur général de la Régie a également indiqué ne pas avoir été avisé de nouvelles problématiques concernant le toit du centre de tri de Saint-Étienne-des-Grès.