Robert Gauthier

La rencontre reportée à Saint-Élie-de-Caxton

SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON — Le ton monte entre la Municipalité de Saint-Élie-de-Caxton et ses employés syndiqués. Pendant que la Municipalité remet une rencontre portant sur les relations de travail et donne le mandat à ses avocats de faire des vérifications juridiques sur les propos tenus publiquement par le syndicat, ce dernier estime que le maire Robert Gauthier est omniprésent dans la gestion du personnel.

Les deux parties devaient se réunir jeudi matin afin de discuter des relations de travail. La rencontre a été reportée à une date ultérieure, la Municipalité préférant faire vérifier le contenu des propos du syndicat publiés dans l’édition de jeudi du Nouvelliste. La présidente syndicale Anne-Claude Hébert-Moreau mentionnait dans ce reportage que le syndicat ne peut fermer les yeux devant le fait que deux personnes aient remis leur démission et trois aient été mises en arrêt de travail depuis l’arrivée du nouveau conseil en novembre 2017. Elle affirmait avoir «de forts doutes concernant un problème de gestion des ressources humaines», des affirmations niées par le maire, Robert Gauthier.

Stéphane Lemaire, conseiller syndical à la Fédération des employées et employés des services publics (FEESP-CSN), avoue que l’annulation de la rencontre laisse un goût amer.

«Comme conseiller syndical, je m’occupe de plusieurs villes en Mauricie et sur la rive sud. Habituellement, j’ai une direction générale à qui je peux parler pour régler des problèmes. À Saint-Élie, je ne sais pas à qui me référer! Le maire prend beaucoup de place. C’est un mantra pour lui de dire qu’il est un gestionnaire de carrière, qu’il connaît les conventions collectives avec son passé de fonctionnaire. Mais ça a l’air que ça ne fonctionne pas. À Saint-Élie, c’est un problème de communication et de relations humaines. On peut-tu demander au dg de faire son travail? Laisse travailler ton dg et on verra. Le maire ne peut pas tout diriger. Qu’il donne du pouvoir au dg. Sinon, on n’en viendra pas à bout.»

«On va leur laisser le soin de faire leurs vérifications, déclare Mme Hébert-Moreau. Mais on a des problématiques à régler et il faut le faire dans les plus brefs délais. L’annulation de la rencontre ne fait pas mon affaire, mais je vais patienter. Je trouve ça malheureux.»

M. Lemaire soutient que les problèmes relevés à Saint-Élie ne sont pas si majeurs, mais comme ils ne sont pas réglés, la situation empire. «Le contenu de l’article de ce matin (jeudi) ne justifie pas qu’on ne tienne pas la rencontre. Qu’ils fassent les vérifications juridiques qu’ils veulent, mais qu’ils règlent les problèmes quand même. Retarder le règlement des problèmes à Saint-Élie parce qu’on veut faire des vérifications juridiques, je trouve ça non professionnel.»

Robert Gauthier a brièvement discuté de ce dossier avec Le Nouvelliste. Le maire a simplement confirmé que les avocats de la Municipalité ont le mandat d’examiner le contenu des propos tenus par la partie syndicale sur la place publique concernant une question de régie interne.

«Ils examinent ce qui se passe par rapport à ce qui est dit et le fait de mettre ça dans le journal. Ils examinent aussi le processus de relation des employés face à l’employeur. Les employés ont un code de déontologie. Pour moi, c’est quelque chose qu’il faut respecter.»