Plusieurs dignitaires, dont le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, ont déposé des couronnes de fleurs devant le cénotaphe du centre-ville, dimanche.

La région se souvient des disparus

TROIS-RIVIÈRES — Des centaines de militaires, vétérans, cadets et civils se sont rassemblés dimanche, à 11 h, au cénotaphe de Trois-Rivières pour la cérémonie du jour du Souvenir. Des gens de tous les âges étaient présents dans le but d’honorer la mémoire des militaires tombés au champ d’honneur dans l’un ou l’autre des conflits auxquels le Canada a pris part au cours des 100 dernières années.

Tout ce beau monde s’est réuni au Manège militaire de Trois-Rivières, vers 10 h. Aux alentours de 10 h 30, les militaires du 12e Régiment blindé du Canada (RBC), accompagnés par des vétérans de la Légion royale canadienne, filiale 35 de Trois-Rivières, et des cadets de l’armée, de l’aviation et de la marine, ont défilé dans les rues de Trois-Rivières jusqu’au cénotaphe du centre-ville. C’est à cet endroit que la cérémonie annuelle du jour du Souvenir s’est déroulée, en présence de nombreux citoyens venus rendre hommage à la mémoire des soldats morts au combat.

Plusieurs dignitaires trifluviens, dont le maire Jean Lamarche et le recteur de l’Université du Québec à Trois-Rivières, Daniel McMahon, qui était aussi président d’honneur de la campagne du coquelicot à Trois-Rivières, ont déposé des couronnes de fleurs au cénotaphe. Une fois la cérémonie terminée, militaires, vétérans et cadets ont repris leur défilé pour revenir au Manège militaire. Les citoyens étaient également invités à déposer des coquelicots devant le cénotaphe.

Amanda Rousselle, qui a servi 31 ans dans l’armée, était présente pour la première fois à la cérémonie organisée à Trois-Rivières. La Néo-Brunswickoise d’origine, nouvellement arrivée dans la région, tenait à être présente. «C’est important. C’est la première fois que j’y assiste à Trois-Rivières parce que je viens d’arriver ici, mais j’ai appelé hier pour y participer», explique-t-elle.

Des citoyens de tous les âges ont rendu hommage aux soldats tombés au combat au cénotaphe de Shawinigan, dans le cadre de la commémoration du jour du Souvenir.

Mme Rousselle a servi à Ottawa et à Val Cartier, mais elle a également été mobilisée en Afghanistan au cours de sa carrière, qui s’est terminée en 2016.

«C’est pour se rappeler de tous ceux qui sont décédés (à la guerre) et ceux qui ont servi. On ne peut pas ne pas faire ça», souligne pour sa part Serge Duchaine, qui a servi pendant la Guerre froide, soit de 1957 à 1966. «J’ai servi au Congo et en Égypte, notamment. Je suis un vétéran de Trois-Rivières, j’étais signaleur. J’ai servi neuf ans dans l’Armée régulière et huit ans comme officier pour les cadets», ajoute-t-il.

Yves Lapierre n’a pas été appelé à servir dans d’autres pays, comme Mme Rousselle et M. Duchaine. En tant que mécanicien du 12e RBC, c’est du Québec qu’il a soutenu ses frères et sœurs d’arme. Même s’il n’a pas vécu la réalité souvent brutale des champs de bataille en terre étrangère, il n’en demeure pas moins important pour lui d’honorer la mémoire de ceux et celles qui ne sont jamais rentrés au pays.

«C’est tout simplement de se rappeler la mémoire et les sacrifices de nos frères et sœurs d’armes. C’est important pour moi qu’on se souvienne d’eux autres», soutient-il.

Quelques centaines de personnes ont également souligné le jour du Souvenir dimanche, à Shawinigan, au cénotaphe situé sur la Promenade du Saint-Maurice, au parc du Centenaire-de-Grand-Mère. Des cérémonies avaient également lieu samedi, à Nicolet et à La Tuque. À Bécancour, le jour du Souvenir a été souligné jeudi dernier. À Louiseville, il le sera dimanche prochain, le 17 novembre.

La commémoration officielle du jour du Souvenir aura lieu le lundi 11 novembre, à 11 h, au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa. Ce moment marque également la signature de l’armistice qui a marqué la fin de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre 1918.