Jacinthe Bouchard, propriétaire de Zoo Académie, veut aider le Zoo de Saint-Édouard à résoudre ses problématiques.

La propriétaire de Zoo Académie offre son aide

Trois-Rivières — Jacinthe Bouchard, propriétaire de Zoo académie, le centre de formation en santé animale de Nicolet, est catégorique: le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard ne mérite pas d’être puni, mais a plutôt besoin d’aide. Si celui-ci a pu faire preuve de négligence, il n’y pas lieu de parler de maltraitance ou de cruauté, insiste-t-elle. La maltraitance consiste davantage à déplacer inutilement les animaux et leur faire subir de pénibles périodes de quarantaine, selon elle. «Je vous assure que 50 % des animaux vont mourir durant leur transfert», soutient la spécialiste en comportement animal, qui s’indigne de l’opération de saisie d’animaux entamée jeudi.

Mme Bouchard ne croit pas que la SPCA ou la Humane Society International, responsable du déménagement des animaux, disposent de l’expertise nécessaire pour traiter des animaux exotiques. Elle pense que la meilleure chose à faire est de maintenir les animaux sur place. Elle évoque entre autres le stress causé aux animaux qu’il faudra d’abord capturer et les incontournables périodes de quarantaine prolongées afin d’éviter de propager d’éventuelles maladies, pour justifier sa position.

«Des vétérinaires sont entrés, il n’y a pas un animal qui a été euthanasié, il n’y en a même pas un qui a été trouvé malade», affirme la spécialiste. Selon elle, les plaintes relèvent de conditions de captivité qui sont communes à toute exploitation animale en milieu agricole. «Oui, les enclos doivent être refaits, oui, les animaux s’ennuient, oui, il y a plein d’améliorations à apporter, mais ce qu’ils font là, c’est un gros show de boucane pour que la Humane Society International reçoive plein de dons parce qu’ils ont fait un sauvetage dans un zoo», s’insurge-t-elle.

Jacinthe Bouchard se dit prête à se rendre sur place et accompagner M. Trahan dans une démarche de mise à niveau de ses installations. «On va réaménager les endroits, on va s’arranger pour mettre ça comme il faut, puis on va laisser le Zoo de Saint-Édouard là, ce monsieur-là a besoin d’aide», déclare-t-elle.

Pétition

Mme Bouchard a lancé une pétition en ligne jeudi soir, intitulée «Sauvons le Zoo de Saint-Édouard». Elle y explique son projet de rassembler un groupe de professionnels désireux de faire de l’endroit un établissement répondant aux critères exigés des meilleures institutions. La pétition a dépassé son objectif de 500 signatures, moins d’une heure après avoir été mise en ligne. Des investisseurs se sont aussi manifestés, affirme Mme Bouchard.