Des journalistes du Nouvelliste se trouvaient au centre-ville de Trois-Rivières, mercredi, en cette Journée d’amour à la presse écrite. Ces employés de la salle de rédaction ont discuté avec les citoyens de la crise qui secoue les médias écrits depuis les dernières années et de l’importance de la presse régionale dans la vie démocratique du milieu.

La presse écrite réclame un peu d’amour d’Ottawa

Les artisans de la presse écrite, dont l’industrie est en crise depuis quelques années, ont profité de la Saint-Valentin mercredi pour demander un peu d’amour au gouvernement fédéral et à la population.

À l’approche du dépôt du budget fédéral, la présidente de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), Pascale St-Onge, s’est rendue à Ottawa pour y présenter la lettre réclamant un soutien urgent pour la presse écrite préparée par plusieurs personnalités publiques et organismes en novembre dernier et signée depuis par environ 7000 Québécois.

«Nous sommes rendus à l’heure de considérer l’information comme un service public essentiel autant que l’éducation et la santé», a déclaré Mme St-Onge.

À ses côtés, le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), Stéphane Giroux, a fait valoir que la crise a non seulement réduit le nombre de journalistes œuvrant à la couverture des événements dans les grands médias nationaux, mais a complètement privé d’information des localités en région.

«Nous arrivons à un point de non-retour; nous entendons déjà parler d’administrations municipales dans des régions éloignées qui se plaignent qu’il n’y a plus de médias écrits dans leur région pour faire passer des messages, que ce soit des élus, des organismes communautaires», a-t-il déploré.

La crise est facilement mesurable: entre 2009 et 2015, au Québec, environ 43 % des emplois liés à la presse écrite ont disparu. À l’échelle canadienne, 27 quotidiens et 275 hebdomadaires ont fermé leurs portes, une hécatombe à laquelle il faut ajouter plus d’une trentaine de quotidiens et d’hebdomadaires qui viennent d’être fermés ou sont sur le point de l’être.

Les géants du web
La crise de la presse écrite découle principalement du fait que les grandes plateformes numériques telles que Google et Facebook accaparent désormais l’écrasante majorité des revenus publicitaires en diffusant les contenus des médias écrits sans payer pour ces contenus. Or, ces revenus publicitaires sont requis par les médias pour produire une information professionnelle.

Parallèlement, ces géants du Web bénéficient d’un traitement fiscal qui les avantage par rapport au reste de l’industrie puisqu’ils échappent à la taxation canadienne.

«Ce sont des entreprises américaines qui, pour le moment, refusent de payer leurs taxes et de se soumettre aux lois fiscales canadiennes», s’insurge Pascale St-Onge qui martèle que la situation «est tout simplement intenable à long terme».

L’objectif de la visite dans la capitale fédérale était de maintenir la pression sur le gouvernement Trudeau pour que le soutien promis se concrétise dans le prochain budget, qui sera déposé le 27 février.

Pascale St-Onge souligne qu’une telle démarche venant à la fois des syndicats, de la Fédération professionnelle des journalistes et des patrons de presse n’est pas faite «à la légère et ce n’est de gaieté de cœur».

«Depuis la naissance de la presse écrite, on a toujours compté sur nos propres moyens pour survivre», a-t-elle dit.

Une des principales demandes formulées par l’ensemble de l’industrie est l’instauration d’un crédit d’impôt de 30 % sur la masse salariale des entreprises de presse, ce qui représente une dépense annuelle de 270 millions $, et ce, pour quelques années. Une telle mesure viserait à renforcer le journalisme professionnel et peut-être même permettre à certains médias de réembaucher du personnel mis à pied.

Accueil froid de Joly
La ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, n’a pas rencontré les représentants des médias, expliquant qu’elle les avait déjà rencontrés à cinq reprises au cours de la dernière année.

«J’ai eu plusieurs bonnes discussions constructives. On reconnaît que les médias font face à des défis importants, mais en même temps, en tant que gouvernement, toute forme d’intervention doit toujours être faite dans l’esprit de respecter l’indépendance journalistique», a-t-elle affirmé dans les corridors des Communes.

«J’ai toujours dit depuis le début que, pour nous, les médias locaux sont très importants, [...] qu’on allait être prêts à soutenir la transition vers le numérique, mais qu’on n’allait pas faire en sorte de sauver des modèles d’affaires qui ne sont plus viables.»

En chambre, le premier ministre Justin Trudeau est demeuré vague quant à ses intentions, invoquant à son tour le réinvestissement à Radio-Canada et la modernisation du Fonds pour les périodiques, tout en reconnaissant que c’était insuffisant.

«Nous savons qu’il y a plus à faire et nous allons continuer de travailler avec les organisations pour assurer une presse libre, indépendante et saine», a-t-il dit.

Outre la démarche à Ottawa, plusieurs journalistes de la presse écrite de Montréal se sont rendus à l’UQAM pour répondre aux questions de la population.

À Québec, plusieurs employés du Soleil se sont faits «camelot d’un jour» sur le parvis de l’Église Saint-Roch, pour aller à la rencontre de leurs concitoyens.