La course pourrait être compromise par la météo.

La pluie menace Défi Mauricie

Le principal organisateur de la course de chiens de traîneau Défi Mauricie, le maire Jean-Claude Milot de Saint-Luc-de-Vincennes, a sûrement le goût d'étendre son chapelet sur la corde à linge toute la semaine.
Le plus gros événement du genre au Québec, qui est prévu pour les samedi et dimanche 25 et 26 février, est en effet sérieusement menacé par la pluie.
Déjà, avec le redoux du week-end dernier et le gel de la nuit, les pistes de course étaient «dures comme de la roche» en matinée, raconte M. Milot. Même si les organisateurs sont très bien équipés pour ramollir les pistes, la météo annonce aussi des températures au-dessus de zéro pour mercredi, jeudi et vendredi, ce qui risque fort de changer l'environnement de la compétition.
Pire encore, lundi matin, Environnement Canada prévoyait de la neige intermittente et -1°C pour samedi ainsi que de la neige dimanche avec 0°C, tandis que Météo Média annonçait plutôt 11 degrés au-dessus du point de congélation, samedi, avec de la pluie et -1°C dimanche avec du soleil. Bref, la catastrophe pour Défi Mauricie.
Comme l'explique Simon Legault d'Environnement Canada, Météo Média et Environnement Canada utilisent des modèles différents pour prévoir le temps qu'il fera, ce qui peut expliquer cette importante disparité entre les deux prévisions à long terme.
De plus, il est vraiment trop tôt pour annoncer la météo du week-end avec une certaine certitude, fait-il valoir. «Il ne faut pas se décourager tout de suite», dit-il et dimanche risque d'être une meilleure journée pour la course, croit le météorologue. «Samedi et dimanche seront deux journées différentes», peut-il déjà affirmer.
M. Legault doute qu'on atteigne les 11 degrés pour samedi, mais tout laisse croire que samedi fera partie de la vague de douceur que l'on vit depuis quelques jours, dit-il à la lumière des données les plus récentes.
En février, la météo comporte en moyenne six journées au-dessus du point de congélation, indique-t-il. Or cette semaine, on risque de dépasser amplement cette normale, prévoit Environnement Canada.
Pour l'instant, pas question d'annuler le Défi Mauricie, assure le maire Milot qui s'accroche aux prévisions plus optimistes de dimanche.
«On est habitué», fait-il valoir. En 2016, l'organisation rageait en effet contre le manque de neige au sol à la veille de l'événement qui était prévu pour les 30 et 31 janvier. C'est à ce moment-là qu'elle avait décidé de déplacer le tout à fin de février. En 2013, alors que la course était prévue pour les 2 et 3 février, un important redoux avait aussi fait craindre le pire aux organisateurs.
Cette année, il y a de la neige à souhait, mais il semble que Mère Nature ait décidé de précipiter subitement le retour du printemps, peut-être aux frais de la 11e édition du Défi Mauricie.
L'événement, qui s'inscrit dans le circuit nord-américain des courses de chiens de traîneau, attend cette année entre 75 et 80 équipes de mushers en provenance du Québec et des États-Unis et, encore une fois, une bourse de 12 000 $ sera répartie entre les gagnants.
L'événement accueillera certaines vedettes du milieu des mushers, notamment Claude Bellerive et sa fille Mélanie qui ont remporté le championnat du monde de course en traîneau à chiens qui se tenait du 24 janvier au 1er février en Ontario.
Les équipes devraient normalement arriver à Saint-Luc-de-Vincennes vers 18 h, le vendredi 24 février. Le départ de la première étape, soit la classe à 6 chiens, s'amorcera à 11 h et un départ est prévu aux deux minutes. Il s'agit d'une course de 6 milles (9,6 kilomètres).
Le départ de la première étape de la classe illimitée, une course de 15 milles (24 kilomètres) avec des attelages regroupant jusqu'à 22 chiens, se fera à 14 h le même jour.
La deuxième étape des courses est prévue le lendemain à 11 h pour la classe à six chiens et à 14 h pour la classe illimitée. Bourses et trophées seront décernés à 16 h.