Les patrouilleuses de la Patrouille verte, Florence Lacombe et Marie-Ève Plante.

La Patrouille verte est aux aguets

TROIS-RIVIÈRES — La Patrouille verte, qui est en charge de faire respecter la réglementation concernant l’utilisation de l’eau potable à Trois-Rivières, est particulièrement occupée ces temps-ci, notamment en raison des chaleurs extrêmes.

«De soir, on voit beaucoup plus de gens qui arrosent. Il y a des secteurs qui, généralement, n’arrosent pas, mais la semaine dernière, c’était un peu plus intense», a affirmé Marie-Ève Plante, patrouilleuse pour la Ville de Trois-Rivières.

Sa collègue, Florence Lacombe, souligne par contre que leur fonction ne se résume pas à donner des constats d’infraction.

«Le gros de notre travail, c’est de faire de la sensibilisation», explique la diplômée en Techniques policières.

En effet, la patrouilleuse affirme qu’une partie de la population n’est pas au courant des règlements en lien avec l’arrosage et l’utilisation de l’eau.

«La première étape lors d’une intervention, c’est de regarder dans notre cartable s’il y a eu des interventions précédentes à cette adresse, pour voir si la personne avait déjà été informée de la réglementation», soutient Mme Lacombe, qui en est à son troisième été à la Patrouille verte.

À l’été 2017, les patrouilleurs ont émis 117 avertissements et 38 constats d’infraction

À Trois-Rivières, la période d’arrosage autorisée dépend du numéro de porte de la résidence et de la date de la journée. Si l’adresse est un nombre pair, les résidents peuvent arroser lors de dates paires, et vice-versa.

S’ajoutent à cette règle des heures particulières pour arroser sa pelouse. L’arrosage manuel est permis de 19 h à 21 h, l’arrosage avec un système d’arrosage automatique, de 20 h à 21 h et avec un système d’irrigation automatique, de 22 h à 23 h.

Pour ce qui est de l’arrosage nécessaire lors d’installation de nouvelle pelouse ou d’ensemencement, les citoyens doivent se procurer un permis de la Ville.

En juin, 272 interventions ont été effectuées par la Patrouille verte sur le territoire de Trois-Rivières. Sur ce nombre, 86 se trouvaient à être des avertissements, alors que 16 étaient des constats d’infraction.

À titre de comparatif, à l’été 2017, les patrouilleurs ont émis 117 avertissements et 38 constats d’infraction.

Les citoyens doivent débourser 149 $, incluant les frais, lorsqu’ils reçoivent un constat.

En tant que policières en devenir, les deux patrouilleuses rencontrées font parfois face à des réactions qui les préparent pour leur futur métier.

«Une personne a déjà déchiré un avis d’émission de constat devant moi et l’a jeté», a raconté Mme Plante.

«Personne n’aime voir un patrouilleur arriver sur son terrain privé», a ajouté Florence Lacombe.

Les deux jeunes femmes ont résumé que leur rôle principal était d’accompagner les citoyens afin de leur faire connaître la réglementation.

Les règlements complets concernant l’arrosage et l’utilisation de l’eau se trouvent sur le site web de la Ville de Trois-Rivières.