Un ponton s’est renversé sous la force du vent.
Un ponton s’est renversé sous la force du vent.

La nature se déchaîne à La Tuque [PHOTOS ET VIDÉOS]

La Tuque — La nature s’est déchaînée à La Tuque, mercredi, vers l’heure du dîner. Pluie, grêle, vent, un orage violent a laissé des traces en Haute-Mauricie. Toiture arrachée, arbres déracinés, ponton renversé, le secteur du quartier Fillion a été particulièrement affecté.

«Ç’a donné un bon coup de vent. Je n’ai même pas eu le temps d’avoir peur. Ça brassait en dedans et ç’a fait boum. Il me mouillait dessus», témoigne un résident dont la toiture s’est envolée.

Le toit d’une maison du quartier Fillion s’est retrouvé suspendu à des fils.

Selon les données d’Environnement Canada, il est tombé 21 mm de pluie et peut-être plus selon les endroits, en moins d’une heure.

«De très fortes cellules orageuses peuvent donner jusqu’à une cinquantaine de millimètres en moins de trente minutes et ça peut créer des crues soudaines», explique André Cantin, météorologue chez Environnement Canada.

Le toit de cette maison a été arraché par le vent.

«Il y a eu des rafales à 80 km/h, mais directement sous la cellule ça peut avoir atteint 90 ou 100 km/h», note M. Cantin.

On peut alors parler de microrafale, c’est-à-dire des vents qui poussent très fort et qui peuvent déraciner des arbres.

Des arbres ont été déracinés.

Les pompiers du Service incendie ont également reçu trois appels en même temps, dont deux dans des écoles de La Tuque, une situation particulièrement exceptionnelle.

La Tuque a reçu de la grêle peu avant 13h.

«On a eu un premier appel pour une vérification sur la rue Saint-Georges et simultanément, on a eu autre appel pour un incendie à l’école Centrale et un autre pour le La Tuque High School. […] On a eu une alerte météo avec des orages violents tout est en lien avec ça. Trois appels en même temps, c’est plutôt rare», a fait savoir le directeur du Service de sécurité incendie de La Tuque, Serge Buisson.

Les pompiers ont été appelés à intervenir à l’École Centrale de La Tuque.

À l’école Centrale, le personnel a réagi rapidement à une faible odeur de fumée. Les élèves ont été évacués, dans le respect des règles de distanciation sociale, vers le Colisée municipal.

«L’alarme incendie ne s’est pas déclenchée, c’est l’école qui a appelé les pompiers. C’est le moteur de l’unité de climatisation sur le toit de l’école qui a brûlé. En brûlant, ç’a créé une légère fumée dans le local informatique. C’était plutôt minime comme quantité de fumée parce qu’il ne faut pas grand-chose pour déclencher nos systèmes», explique Amélie Germain-Bergeron, coordonnatrice aux communications pour la Commission scolaire de l’Énergie.

Ce véhicule récréatif s’est retrouvé sur le côté en raison des forts vents.

«L’évacuation s’est faite dans le calme et dans le respect autant que possible des règles de distanciation de deux mètres», ajoute-t-elle.

Les quelque 200 élèves de l’école ont pu réintégrer les classes en après-midi. Les cours auront lieu comme prévu pour le restant de la semaine.