Alain Vallée, maire de Sainte-Thècle.

La Municipalité de Sainte-Thècle réplique à ses syndiqués

L'administration municipale de Sainte-Thècle a voulu faire «une mise au point» à la suite d'un vote en faveur d'un mandat de grève des membres du Syndicat régional des employés municipaux de la Mauricie.
Rappelons que 86 % des membres de ce syndicat sont en faveur d'une grève générale illimitée qui serait déclenchée au moment opportun. Dans le communiqué émis par la Municipalité, le maire Alain Vallée a voulu «remettre les pendules à l'heure». 
«La convention collective entre les employés et la Municipalité est échue depuis décembre 2015. Malgré plusieurs demandes de rencontres de la part de la Municipalité de Sainte-Thècle, les négociations ont commencé en fin décembre 2016. Une entente de principe a été acceptée, par les deux parties, à la fin du mois de février 2017. À ce moment, le président et le vice-président du syndicat, le conseiller de la CSN, Stéphane Lemaire, le maire de Sainte-Thècle, Alain Vallée, le conseiller municipal délégué aux relations de travail, Jacques Tessier, le directeur général de la Municipalité et l'avocate représentant la Municipalité étaient tous présents», affirme le maire dans son communiqué. 
«Comment expliquer que l'entente fût rejetée à 100 % lors de la rencontre du 25 août 2017 en sachant que le président et le vice-président du syndicat étaient d'accord avec l'entente de principe?»
L'administration municipale affirme de plus que la diminution des heures de travail ne concerne que «les heures de travail à la patinoire». «La Municipalité croit approprié de ne plus mettre de gardien de jour puisque la patinoire est très peu fréquentée de jour. Le gardien devrait être là seulement le soir pour assurer la sécurité des jeunes patineurs. Cela implique une quinzaine d'heures de travail de moins par semaine», ajoute la Municipalité dans le communiqué de presse. «Depuis le départ, la position patronale est claire sur cet aspect. Comment, comme gestionnaire de fonds publics, un conseil municipal peut-il se faire reprocher de gérer l'argent de ses citoyens à bon escient? Poser la question est y répondre.»
Le maire Alain Vallée reproche également au conseiller syndical Stéphane Lemaire de prétendre qu'il n'a jamais vu de négociations comme celles de Sainte-Thècle, alors qu'il prenait part «aux négociations à Saint-Boniface, négociations qui ont traîné plus de trois ans dans une atmosphère lourde et pénible».