Josée Magny, mairesse de Saint-Mathieu-du-Parc, devant le presbytère dont la Municipalité a récemment fait l'acquisition.

La Municipalité de Saint-Mathieu-du-Parc achète le presbytère

SAINT-MATHIEU-DU-PARC — La Municipalité de Saint-Mathieu-du-Parc a récemment fait l’acquisition du presbytère du village, dans le but d’y aménager, entre autres, des bureaux municipaux. Une acquisition qui s’inscrit dans la stratégie de revitalisation de la Municipalité.

Le conseil municipal de Saint-Mathieu-du-Parc a fait cette acquisition au cours des deux dernières semaines. Elle permettra aux employés municipaux d’avoir un peu plus d’espace, puisqu’on commençait à se sentir à l’étroit dans les bureaux de la Municipalité, selon la mairesse Josée Magny. Cette dernière ajoute que l’emplacement stratégique du presbytère dans le village était aussi un argument justifiant son achat.

«On veut éventuellement aménager le stationnement municipal pour que ce soit plus facile de l’utiliser pour accéder aux commerces. On veut aussi en faire une aire publique, avec des bornes de recharge électrique, des activités publiques, des kiosques touristiques, etc. Et stratégiquement, c’est intéressant pour nous parce que le presbytère est situé juste à côté», explique la première magistrate.

En faisant l’achat du presbytère, une transaction de 95 000 $, on espère également le mettre davantage en valeur. Plusieurs arbres ont d’ailleurs été coupés pour que le bâtiment soit plus visible depuis la rue.

«Les cèdres de chaque côté faisaient un effet d’entonnoir, comme si c’était fermé. On veut mettre le presbytère en valeur, parce que c’est quand même une très belle bâtisse. Mais on a laissé les érables centenaires en place», assure Mme Magny.

Celle-ci caresse également l’espoir de voir apparaître une offre de soins de santé pour les citoyens dans le presbytère. «On travaille fort pour ça», indique-t-elle.

Le bâtiment avait déjà perdu sa vocation religieuse il y a quelques années, lorsqu’il a été vendu à un particulier qui désirait y demeurer. Rappelons qu’en 2013, le conseil municipal avait étudié la possibilité d’acheter le bâtiment ainsi que l’église. On songeait alors à aménager un gymnase dans l’église, un projet qui aurait coûté 500 000 $. Alors que la municipalité devait déjà assumer d’importantes dépenses pour sa caserne et l’édifice municipal, l’ancien maire Claude McManus avait annoncé renoncer au projet en février 2014.

Un «nouveau village»

L’acquisition du presbytère est une pierre de plus dans la fondation du «nouveau village» de Saint-Mathieu-du-Parc, comme le qualifie Mme Magny. Les efforts de revitalisation lancés il y a plusieurs années se sont d’ailleurs accélérés depuis l’automne dernier, souligne la mairesse.

«Le réseau d’aqueduc et les trottoirs ont été refaits, on a aménagé une nouvelle piste cyclable, on a installé de nouveaux lampadaires, on a aménagé de la végétation, la route est plus large et on a fait de nouvelles traverses piétonnières, énumère-t-elle. C’est vraiment un nouveau village!»

Les projets de réaménagement du stationnement situé à côté du presbytère s’inscriraient donc dans cette lancée. Mme Magny indique cependant que ces projets, notamment ceux d’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques, ne se feront pas avant l’an prochain, puisque les plans restent encore à faire.