Une offre d’achat a récemment été faite sur cette bâtisse de la rue Saint-Joseph par le Centre culturel islamique de la Mauricie afin d’y relocaliser ses activités.
Une offre d’achat a récemment été faite sur cette bâtisse de la rue Saint-Joseph par le Centre culturel islamique de la Mauricie afin d’y relocaliser ses activités.

La mosquée déménagera dans un parc industriel

TROIS-RIVIÈRES — Le Centre culturel islamique de Trois-Rivières devrait prochainement déménager ses activités dans le parc industriel Thomas-Bellemare, dans le secteur Trois-Rivières-Ouest. Après les efforts consacrés à acheter l’église Saint-Jean-de-Brébeuf, dont la vente a finalement été suspendue par l’évêque, la mosquée de Trois-Rivières serait sur le point de se relocaliser dans un édifice de la rue Saint-Joseph, pour lequel elle a déjà signé une promesse d’achat.

«Nous avons entamé les démarches avec la Ville pour que les changements nécessaires à cette relocalisation se fassent dans les règles de l’art. Voilà déjà quelques années qu’un comité de travail est en lien avec la Ville pour le projet de relocalisation. Nous voulons que tout soit en règle, et nous souhaitons agir en bons citoyens corporatifs», indique d’emblée Abdoulaye Souley, porte-parole du Centre culturel islamique.

Ce dernier rappelle que la mosquée n’avait plus le choix de se relocaliser, particulièrement pour répondre à la demande toujours croissante de fidèles qui fréquentent les lieux. Actuellement, la mosquée a toujours pignon sur rue sur le boulevard des Forges.

Les démarches sont d’ailleurs bien entamées à la Ville de Trois-Rivières afin de modifier l’usage du 5375 rue Saint-Joseph, afin d’y permettre un usage de lieu de culte. Mardi soir, le conseil municipal de Trois-Rivières a adopté un second projet de règlement visant à permettre cet usage dans ce bâtiment.

Une première consultation écrite — pandémie oblige — s’est tenue il y a quelques semaines, une consultation à laquelle une seule personne avait démontré de l’opposition. Selon nos informations, les arguments de cette personne n’ont pas été retenus, puisqu’il s’agissait principalement de propos haineux et non admissibles dans le cadre réglementaire.

Dans une campagne de sociofinancement mise en ligne en mai dernier par le Centre culturel islamique, on comprend que le projet total d’achat et d’aménagement de ce nouveau bâtiment se chiffrerait à 845 000$, soit 675 000$ pour l’achat de la bâtisse et 170 000$ pour son réaménagement intérieur afin qu’il réponde aux besoins de la communauté. À ce jour, la campagne a permis d’amasser plus de 510 000$ de dons provenant à la fois de fidèles qui ont contribué par le biais du site Gofundme.com, mais également grâce à différentes ententes intervenues avec des partenaires.

«Le futur centre comprendra plusieurs locaux et services tels qu’une grande salle de prière, des classes d’apprentissage, bibliothèque, salle dédiée aux dons en articles usagés et en denrées non périssables pour les démunis, salle de conférence, cuisine, salle d’arts et de divertissement pour les enfants, etc», peut-on lire sur le descriptif de cette campagne de sociofinancement.

«La campagne va très bien et c’est très positif. Nous sommes confiants que ce projet de relocalisation va pouvoir se faire de façon correcte, et que la cohabitation avec le secteur sera favorable», ajoute Abdoulaye Souley.

Ce dernier avait été impliqué aussi dans l’ouverture du centre islamique de Shawinigan, qui s’est finalement localisé sur l’avenue Saint-Marc. «Nous sommes au cœur de la population et ça se passe très bien. On souhaite toujours démontrer de l’ouverture envers la population, car nous faisons partie de la communauté. Pour la plupart d’entre nous, nous habitons ici depuis 20, 30 ou même 40 ans. Nous nous sentons Trifluviens ou Shawiniganais, on sent qu’on appartient à la communauté et nous sommes toujours prêts à ouvrir nos portes à ceux qui souhaitent mieux comprendre nos activités», note Abdoulaye Souley.

Concernant le changement d’usage du bâtiment ciblé pour le déménagement, un avis public sera publié sous peu pour l’avis d’approbation référendaire prévu le 5 août. À défaut d’avoir le nombre requis de signatures pour s’opposer au projet parmi les citoyens habitant les zones contiguës, le règlement passera au conseil municipal du 18 août pour adoption. Le délai d’entrée en vigueur de la Commission municipale laisse entendre que la modification sera effective le 7 octobre 2020.

Église

On se souviendra que le Centre culturel islamique avait déposé une offre d’achat de 500 000$ pour acquérir l’église Saint-Jean-de-Brébeuf, sur le boulevard des Forges, juste en face de leur actuel local de prière. Cette possible transaction avait toutefois soulevé la grogne de quelques citoyens qui s’étaient d’ailleurs manifestés à une assemblée de consultation, au cours de laquelle des propos qualifiés d’islamophobes et de haineux ont été tenus.

Cette assemblée et les propos qui avaient été tenus avaient soulevé l’indignation dans la population et même incité l’évêque de Trois-Rivières, Mgr Luc Bouchard, à s’excuser auprès des membres de la communauté musulmane de Trois-Rivières. L’évêque avait par la suite, en octobre dernier, suspendu la vente pourtant votée à l’unanimité par les marguillers, dans un souci de maintenir la paix sociale et d’éviter d’autres débordements envers la communauté musulmane.

«On peut comprendre que cette offre d’achat avait pu choquer certaines personnes, on comprend surtout que les gens du secteur avaient des souvenirs importants qui étaient liés à l’église Saint-Jean-de-Brébeuf, qu’ils étaient attachés à ce lieu. Les propos qui ont été tenus sont, on le croit, le reflet d’une minorité. Nous n’avons aucun doute qu’ils ne reflétaient pas l’avis de la population à laquelle nous appartenons depuis de nombreuses années», mentionne M. Souley.