Sylvie Pinsonnault, d’Investissement Québec, animait cette période d’échanges avec Patrick Pellerin, de Marmen, Nathalie Lemelin, de Groupe Pro-B, et Alain Lemieux, d’Epsilia.

«La Mauricie est un exemple»

TROIS-RIVIÈRES — «La Mauricie est un exemple de virage de l’économie moderne. Et la part du produit intérieur brut du secteur manufacturier est supérieure à la moyenne provinciale.» Voilà l’un des messages lancés mercredi par le président-directeur général d’Investissement Québec, Pierre Gabriel Côté, alors que les experts de la tournée de l’Initiative manufacturière Investissement Québec se sont arrêtés à Trois-Rivières pour y rencontrer les manufacturiers innovants de la région.

Offrant aux participants des rencontres avec des spécialistes pour les conseiller dans leur virage vers l’innovation et discuter du financement disponible, la tournée a aussi été l’occasion d’entendre les témoignages des entreprises Marmen, Epsilia et Groupe Pro-B, qui vient de faire l’acquisition de l’ancien bâtiment de Ganotec.

L’événement a également permis d’annoncer un projet de l’entreprise Bellemare abrasifs et minéraux, un spécialiste de la fabrication, la distribution et la vente de produits abrasifs et de minéraux.

En effet, l’entreprise a notamment procédé à l’acquisition d’équipement de production pour une ligne de séchage de verre concassé. Cette nouvelle technologie apportera des gains de productivité et d’efficacité en permettant de traiter une plus grande quantité de verre recyclé et valorisé.

Bellemare abrasifs et minéraux a pu compter sur l’appui d’Investissement Québec, qui a accordé un prêt de 562 800 $ pour le projet, ainsi que sur une contribution remboursable du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, d’un montant de 386 400 $.

«Dans chacune des régions du Québec, y compris ici, en Mauricie, les PME sont la principale source de création d’emplois et de richesse. Afin d’assurer leur prospérité et celle de leur région, elles ont avantage à moderniser leurs installations et leurs procédés, comme le fait Bellemare abrasifs et minéraux en mettant en œuvre ce projet d’acquisition d’équipements. Notre gouvernement est heureux de contribuer à la croissance de cette entreprise bien implantée dans le secteur industriel de Trois-Rivières», a déclaré par voie de communiqué la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade.

Le président-directeur général d’Investissement Québec, Pierre Gabriel Côté.

Pour le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, les entreprises de la Mauricie ont tout ce qu’il faut pour se distinguer et réussir. «Avec notre appui, elles peuvent diversifier leurs marchés, mettre au point de nouveaux produits et procédés et, surtout, innover à chacune des étapes de leur croissance. Je me réjouis donc de cette annonce prometteuse pour l’essor économique de notre région et pour le rayonnement de l’expertise de ses entreprises dynamiques, telles que Bellemare abrasifs et minéraux», a-t-il commenté.

Dans son discours, il a évoqué l’utilité du Fonds de diversification économique, avec ses 381 projets appuyés, pour des investissements générés de 695 millions de dollars et la création ou le maintien de plus de 4000 emplois. De plus, il n’a pas manqué de faire un clin d’œil à Investissement Québec pour son implication, entre autres, dans Kruger.

Par ailleurs, M. Côté a fait savoir que l’Initiative manufacturière d’Investissement Québec se veut «un véritable engagement à appuyer la relance des investissements privés au Québec».

«Au 30 septembre 2017, Investissement Québec a réalisé 434 interventions totalisant 664,3 millions de dollars d’investissement dans des projets d’innovation manufacturière. Il était donc tout naturel de faire un arrêt dans la région pour démontrer notre appui aux manufacturiers trifluviens et les inviter à se joindre au mouvement», a précisé le grand patron d’Investissement Québec.

Dans son allocution, M. Côté a rappelé que la Mauricie comptait 448 entreprises manufacturières, pour 16 300 emplois, avec une part du PIB régional de 14,9 %, contre 14 % au Québec.

Par la suite, le conseiller stratégique chez Deloitte, Louis J. Duhamel, a parlé d’une vague de réindustrialisation qui déferle actuellement sur les régions du Québec tout en soulignant que les investissements privés sont au beau fixe, mais que les marchés internationaux n’ont jamais été aussi ouverts, avec les différents accords impliquant le Canada. «Il y a une grande opportunité pour un leadership du Québec en fabrication intelligente», a déclaré le spécialiste.

Chez Marmen, qui a participé à la construction du pont Champlain, le président Patrick Pellerin ne cache pas que l’instauration d’une culture d’innovation ne se fait pas du jour au lendemain, alors qu’il s’apprête à mettre en place une politique en ce sens. Et la résistance au changement vécue au sein d’une autre entreprise lui aura même permis de mettre la main à rabais sur de l’équipement robotisé.

L’Initiative manufacturière Investissement Québec est un mouvement mobilisateur qui vise à assurer la prospérité des entreprises québécoises en les incitant à investir dans l’innovation pour relever les trois grands enjeux auxquels elles font face, soit pallier l’écart de compétences et la pénurie de main-d’œuvre, innover dans leurs procédés et leurs produits et vendre à l’extérieur du Québec, et les rendre encore plus compétitives dans la course à la révolution industrielle 4.0.