La Maison des Grands-Parents de Trois-Rivières a élaboré une programmation d’activités virtuelles. Emilie Dallaire est la directrice de l’organisme.
La Maison des Grands-Parents de Trois-Rivières a élaboré une programmation d’activités virtuelles. Emilie Dallaire est la directrice de l’organisme.

La Maison des Grands-Parents de Trois-Rivières prend un virage virtuel

Trois-Rivières — La Maison des Grands-Parents de Trois-Rivières a profité de la Semaine québécoise intergénérationnelle pour dévoiler ses nouveaux projets et activités destinés aux aînés, adolescents et familles de la région.

Pandémie oblige, l’organisme a dû s’adapter pour continuer à offrir des services et accomplir sa mission. On veut continuer de créer des liens intergénérationnels significatifs et pour se faire, un virage technologique s’est effectué rapidement afin d’offrir des activités.

«Compte tenu de la situation actuelle, nos bénévoles ont été mis au repos du jour au lendemain. La majorité d’entre eux offraient de 10 à 35 heures de bénévolat par semaine. Ce sont vraiment les piliers de la Maison, c’était inconcevable pour nous de tout arrêter. On a donc fait preuve d’originalité et nous avons adapté nos activités pour répondre aux besoins des familles et des aînés», lance d’entrée de jeu Emilie Dallaire, directrice de la Maison des Grands-Parents de Trois-Rivières.

La Maison des Grands-Parents de Trois-Rivières a élaboré une programmation d’activités virtuelles. Pendant la Semaine québécoise intergénérationnelle qui se terminera le 30 mai, et peut-être plus, l’organisme proposera des périodes d’éveil à la lecture, des correspondances vidéo entre ados et aînés, une conférence sur les liens intergénérationnels et des moments de causeries. L’ensemble des activités se fera par visioconférence.

«On va voir de quelle façon ça répond cette semaine. Tant que le besoin est présent, on va maintenir les activités», mentionne Emilie Dallaire.

En plus d’avoir repensé certaines activités, l’organisme travaille encore à développer la programmation.

«On est en train de regarder de quelle façon on pourrait modifier nos ateliers. Le concept des ateliers, c’est un aîné et un enfant qui sont en contact pour créer une activité, une recette, un bricolage... On veut faire le même principe, mais sur zoom. Il pourrait y avoir un échange entre les deux même s’ils ne sont pas en contact. C’est un exemple. On regarde aussi pour l’aide aux devoirs», souligne-t-elle.

L’équipe de la Maison des Grands-Parents de Trois-Rivières veut mettre en place de nouveaux projets pour combler différents besoins et intérêts.

De plus, grâce à la participation de la Maison de jeunes l’Escale Jeunesse, les ados pourront à leur tour donner du temps aux aînés pour briser l’isolement par l’échange de vidéos et leur participation à d’autres projets.

«Le concept est simple, les jeunes feront une première vidéo pour se présenter et poser une question qui sera par la suite transmise à un aîné qui lui répondra à son tour. La Maison des Grands-Parents et l’Escale Jeunesse vont faire le relais entre les correspondants», explique Emilie Dallaire.

Les adolescents qui souhaitent donner du temps au projet d’échange vidéo sont invités à entrer en contact avec l’organisme via leur page Facebook.

Pour les familles qui aimeraient assister aux moments de lecture, ils peuvent joindre le groupe «L’heure du conte avec la MGPTR» sur Facebook.

Rappelons que la Maison des Grands-Parents de Trois-Rivières est un lieu d’implication citoyenne d’aînés bénévoles, qui œuvrent à améliorer la qualité de vie des enfants et des familles qu’ils côtoient.