L’implication de Laurianne Petiquay a été récompensée.

«La jeunesse me tient à cœur»

LA TUQUE — Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a remis un prix Reconnaissance jeunesse à Laurianne Petiquay, mercredi à Québec, afin de souligner ses réalisations en matière d’intervention avec la jeunesse. L’intervenante du Centre d’amitié autochtone de La Tuque (CAALT) s’est démarquée dans sa catégorie.

«C’était un beau moment. J’étais un peu nerveuse, mais ça me rend vraiment fière de ce que je fais. C’est très valorisant. C’est impressionnant de rencontrer le premier ministre et son entourage. […] J’espère que ça va inspirer d’autres gens, mes enfants, les jeunes… Je suis contente que quelqu’un membre des Premières nations ait remporté un prix, ça prouve qu’on a aussi notre place», a lancé Laurianne Petiquay après la cérémonie qui s’est déroulée au Salon rouge de l’hôtel du Parlement.

La récipiendaire d’un prix Intervenant jeunesse est au cœur du bon fonctionnement du Conseil des jeunes du CAALT. C’est elle qui l’a mis sur pied il y a cinq ans, et qui l’a repris sous une nouvelle formule plus récemment.

«J’ai créé ça parce que la jeunesse me tient à cœur. Depuis deux ans, on a refait le Conseil des jeunes d’une autre manière. C’est un plus petit groupe, mais avec de plus gros projets. Ils se mobilisent, s’impliquent… C’est beau à voir. Je leur donne la chance de s’exprimer, je leur donne la chance de sortir de la ville aussi. Je peux également leur transmettre beaucoup d’information», a commenté Laurianne Petiquay.

Dans la jeune trentaine, elle est également impliquée dans de nombreux comités, table de concertation et conseil d’administration. Ce sont ses collègues de travail du Centre d’amitié autochtone de La Tuque qui ont soumis sa candidature. Pour eux, c’était une évidence même.

«J’avais plus de choses à dire que ce qu’il me laissait en dire. Ça donne une idée. Laurianne a toujours été impliquée. Elle pousse les jeunes à se développer et elle cadrait vraiment là-dedans», a commenté Dana Bouchard-Wimpory.

«Elle investit du temps, des efforts, c’est incroyable. Elle travaille fort pour ces jeunes-là, elle les motive, elle est même un modèle pour eux. Si Laurianne est rendue où elle est rendue, c’est parce qu’elle a travaillé fort et elle l’a mérité. Son parcours est impressionnant. Elle n’a vraiment pas volé ce prix-là. C’est l’accomplissement de tout ce qu’elle a fait. C’est une façon de lui dire que son travail est reconnu, qu’il est apprécié et maintenant, il est récompensé», a-t-elle ajouté.

Pour Laurianne, cette reconnaissance de ses collègues était déjà un prix prestigieux, une bonne tape dans le dos pour l’encourager à poursuivre ses actions.

«C’est comme s’ils venaient de me dire: tu fais du bon travail Laurianne, continue. Je mets du cœur dans ce que je fais. Je crois beaucoup à la mission des centres d’amitié autochtones», a-t-elle noté.

La remise des prix Reconnaissance jeunesse constitue l’un des moyens par le Gouvernement du Québec pour concrétiser sa Stratégie d’action jeunesse 2016-2021, qui découle de la Politique québécoise de la jeunesse 2030. Les récipiendaires reçoivent une bourse non imposable dont le montant varie entre 1500 $ et 4000 $.