La journaliste du Nouvelliste Paule Vermot-Desroches alors qu’elle recueillait des dons. On reconnaît derrière David Nollet de TVA, Stéphanie Mercier du Nouvelliste, Amélie Saint-Pierre des Hebdos Mauricie et Rive-Sud, Julie Michaud du Nouvelliste et le coordonnateur de la Guignolée des médias de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Sébastien Turgeon.

La générosité à l’oeuvre

TROIS-RIVIÈRES — La générosité de la population de la région s’est une fois de plus exprimée jeudi à l’occasion de la Guignolée des médias. Dans la région, les 500 bénévoles ont recueilli plus de 154 000 $ et 12,4 tonnes en denrées alimentaires.

«Les 500 bénévoles se sont relayés aux quatre coins de la Mauricie et du Centre-du-Québec avec un objectif ultime qui est de faire 5300 paniers qui seront nécessaires dans notre région. Au total, c’est 20 000 personnes qui vont bénéficier de ces paniers», a souligné après une journée fort occupée le coordonnateur de la Guignolée des médias Mauricie et Centre-du-Québec, Sébastien Turgeon.

Les bénévoles recueillaient des dons en argent qui permettent d’acheter des denrées, mais aussi des produits alimentaires. Combinés, ces dons permettent aux organismes participants de faire une grande différence dans la vie des plus démunis. Cette année, les bénévoles ont remarqué que les denrées alimentaires que les gens offraient pouvaient être plus «luxueuses» que les années précédentes.

«Les gens n’hésitaient pas à amener du sirop d’érable, qui est quand même un bien de luxe», a précisé Sébastien Turgeon. «Je pense que les gens se sont dit: ‘‘je vais donner ce que j’aimerais recevoir. On est donc sorti des traditionnelles conserves de macédoine de fruits ou de fèves au lard.»

Une des ambassadrices médiatiques de la Guignolée des médias, Julie Michaud du Nouvelliste, a également noté que certains dons pouvaient sortir de l’ordinaire. «Plusieurs ont donné des produits coûteux, comme des couches», a mentionné la directrice des projets spéciaux et créativité média au Nouvelliste. «C’était extraordinaire de voir la générosité des gens. Ils n’hésitaient pas à donner 5 ou encore 20 $.»

Le Centre d’action bénévole de Grand-Mère tenait jeudi une activité à la caserne incendie. On reconnaît à l’avant sur la photo Sébastien Turgeon, coordonnateur de la Guignolée des médias, et Sylvie Gervais, directrice générale de l’organisme. Ils sont entourés derrière des bénévoles Gaston Bouffard, Lise Bouffard, Jacques Bison, Annie Veaugeois, coordonnatrice du comptoir alimentaire de Grand-Mère, Denis Mongrain, président du Centre d’action bénévole, David Nollet de TVA, Amélie Saint-Pierre des Hebdos Mauricie et Rive-Sud, Yanick Denoncourt du 103,1 FM.

Le travail des bénévoles a permis d’amasser plus de 154 000 $ et 12,4 tonnes en denrées alimentaires, selon un bilan provisoire en fin de soirée. L’an dernier, le bilan de la récolte s’élevait à 162 000 $ et 13 tonnes de denrées. 

Du côté du Centre d’action bénévole de Grand-Mère, les bénévoles étaient satisfaits de la récolte, même si elle était moins importante que l’an dernier. Ceux-ci ont amassé jeudi 10 303 $ ainsi que 1 605 kg de denrées. L’an dernier, les bénévoles avaient recueilli 14 000 $.

«C’est un bon bilan malgré les circonstances. Nous avions deux coins de rue de moins cette année. Nous ne pouvions pas être sur la route 359 dans le secteur Lac-à-la-Tortue en raison des travaux et les pompiers de Shawinigan n’ont pas voulu de bénévoles à l’intersection de la 8e Rue et de la 7e Avenue dans le secteur Grand-Mère, car ils sont trop près de la caserne», a mentionné la directrice générale de l’organisme, Sylvie Gervais. «Nous avons bon espoir que les pompiers reviennent sur leur décision l’an prochain.»

Sébastien Turgeon rappelle que les besoins d’aide alimentaire sont très importants et pas seulement dans la période des fêtes. «On a appris dernièrement que le panier d’épicerie coûterait 400 $ de plus l’an prochain. Et c’est pour tout le monde cette hausse des prix des aliments. Imaginez une mère monoparentale avec trois enfants, ça peut être difficile», a précisé M. Turgeon. «Les besoins sont criants, car ce n’est pas que des gens sans emploi avec l’aide alimentaire. C’est aussi des travailleurs qui sont au salaire minimum qui ne sont plus capables de joindre les deux bouts.»

Tous ces gestes de générosités ont particulièrement inspiré Mgr Pierre-Olivier Tremblay, évêque auxiliaire de Trois-Rivières et recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. «C’est fantastique la générosité des gens, mais aussi l’implication des bénévoles et des médias. Ça dénote que nous avons encore de la solidarité dans notre population, qu’on est capable de prendre conscience des besoins réels d’aujourd’hui et on a le goût de partager», a-t-il souligné. «On a besoin les uns des autres.»

David Nollet, Yanick Denoncourt, Marie-Claude Paradis-Desfossés, Amélie Saint-Pierre, Louis Cournoyer, Pierre-Olivier Tremblay, Sébastien Turgeon et Isabelle Perron après une journée bien remplie de guignolée.

Il est toujours possible de donner à la Guignolée des médias de la Mauricie et du Centre-du-Québec jusqu’au 24 décembre. Les dons peuvent être effectués sur le site Internet de la guignolée au www.lagrandeguignoleedesmedias.com, en textant le mot «Noel» sans tréma au 20222 ou bien directement chez les marchands Provigo, Maxi, Jean-Coutu, et chez Via Capital.