On circulera sur le lien l’été prochain.
On circulera sur le lien l’été prochain.

La Gabelle: la circulation rétablie l’été prochain

NOTRE-DAME-DU-MONT-CARMEL — «Pendant l’été, on circulera sur La Gabelle.» C’est le vœu le plus cher du maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Luc Dostaler, pour 2020. Si le financement souhaité est accordé pour ce projet, il se réalisera enfin, dit-il.

En février dernier, tout laissait croire que le fameux lien interrives La Gabelle, qui a été fermé en octobre 2018 à la suite d’un accident, serait ouvert au cours de l’été 2019.

Or, c’est la question du financement qui a finalement retardé le processus. Hydro-Québec demande en effet aux municipalités touchées par le projet d’investir 50 % du montant nécessaire à la réalisation des aménagements qui rendront la circulation plus sécuritaire sur le lien à l’avenir, soit 250 000 $.

Pour y parvenir, les deux municipalités déposeront une demande, dès le début de janvier 2020, au Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR).

De son côté, Hydro-Québec confirme qu’elle assumera 50 % de la facture, souligne la porte-parole, Lucie Roy. Cette dernière confirme également que l’objectif est d’ouvrir le lien en 2020 pourvu que le milieu verse sa part de financement de 125 000 $.

Les travaux à réaliser sur le lien interrives, explique-t-elle, ne pourront être entrepris que lorsque le sol sera dégelé. Des appels d’offres seront alors lancés.

Plusieurs pourparlers ont eu lieu au cours des derniers mois et même la semaine dernière entre Hydro-Québec et les deux municipalités touchées, car les maires espéraient qu’Hydro-Québec assume seule la facture. Comme l’explique Luc Dostaler, après avoir eu une récente rencontre avec un haut dirigeant de la société d’État, il en est ressorti que ce n’est pas la mission d’Hydro-Québec d’investir dans ce genre de projet, car ce dernier n’a rien à voir avec la production d’hydroélectricité.

Les deux maires se tourneront donc vers le FARR en espérant que les membres-votants voudront appuyer ce projet.

Le comité de sélection de projets est composé du grand chef du Conseil de la nation atikamekw, du maire et du maire suppléant de Shawinigan, du président et du vice-président de l’Agglomération de La Tuque, du préfet et du préfet suppléant de la MRC des Chenaux, du préfet et de la préfète suppléante de la MRC de Maskinongé, du maire de Trois-Rivières, du préfet et du préfet suppléant de la MRC de Mékinac et du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité, Jean Boulet.

Rappelons que les mesures de sécurité qui seront aménagées pour rendre la circulation plus sécuritaire aux abords du lien et sur le lien lui-même seront inspirées du Manuel de la sécurité routière des experts de l’Association mondiale de la route.

Elles prennent en compte la protection des piétons, des cyclistes et des travailleurs, la visibilité, la vitesse, l’éclairage ainsi que la continuité des installations, c’est-à-dire que des corridors seront identifiés pour chaque type d’usage.

Luc Dostaler précise que si jamais les employés d’Hydro-Québec ont des travaux à faire sur la structure, il est entendu que le lien interrives sera fermé pour la durée de ces travaux, et ce, «pour éviter de passer sur les bottines des employés», dit-il, comme ce fut le cas avant la fermeture.

Rappelons que le 11 juillet 2018, un automobiliste qui avait décidé de traverser le lien sans respecter le feu rouge avait causé des blessures à un employé de 64 ans d’Hydro-Québec.

L’automobiliste avait été arrêté pour conduite dangereuse. D’autres comportements téméraires avaient également été observés de la part d’autres conducteurs.