Guy Lemieux continue son implication dans l’Association libérale du comté de Saint-Maurice, le temps d’une dernière élection.

La fusion se fait toujours attendre

SHAWINIGAN — Outre la valse-hésitation pour déterminer le candidat libéral dans le nouveau comté de Laviolette - Saint-Maurice, la fusion des associations locales de ce parti a également suivi un parcours sinueux depuis le début de l’année. Cette union n’est toujours pas consumée, mais il est acquis que c’est celle de Saint-Maurice qui assumera le leadership de l’organisation de la prochaine campagne pour mener Pierre Giguère à la victoire.

Lundi soir au Club de golf Grand-Mère, près d’une centaine de militants des deux comtés se sont rassemblés pour appuyer leur candidat. Parmi eux, Guy Lemieux, président de l’Association libérale du comté de Saint-Maurice, qui a décidé de reprendre du service à la suite de l’étonnant désistement de la députée de Laviolette, Julie Boulet, pourtant choisie par son chef, en février, pour représenter le parti dans le nouveau comté.

La décision du premier ministre, Philippe Couillard, avait provoqué un certain désabusement chez les militants du comté de Saint-Maurice. Pas tant parce que Mme Boulet avait été désignée, mais surtout en raison de l’interminable attente avant d’en arriver à ce choix, arrêté sans la moindre consultation locale. Les militants du comté de Saint-Maurice sont revenus à de meilleures dispositions lorsque M. Couillard, pris au dépourvu, a finalement accepté la candidature de M. Giguère après le virage à 180 degrés de la ministre régionale, annoncé au début mai.

«Nous avons invité l’association de Laviolette à se joindre à nous», explique M. Lemieux. «Éventuellement, nous procéderons à la mise en place d’une nouvelle association, celle de Laviolette - Saint-Maurice, probablement avant l’élection. Mais on hésite un peu. C’est en mouvance; plusieurs personnes de l’exécutif de Laviolette profitent de l’occasion pour s’en aller, notamment pour des raisons de santé.»

Un peu comme le choix du candidat, la date de fusion des comtés a continuellement été remise depuis le début de l’année. Au début février, elle était prévue le 1er mars au plus tard. Rendu à ce moment, Maxime Roy, directeur des communications du parti, mentionnait que le processus était amorcé et que sa conclusion «ne tardera pas trop», compte tenu du calendrier électoral. Or, on n’y est pas encore. De son côté, le Parti québécois a réglé cette question dès janvier.

À tout le moins, les militants libéraux sont maintenant unis derrière M. Giguère, assure Guy Lemieux. Ce bloc s’était fissuré à la suite de la désignation de Mme Boulet et cet élément a possiblement joué dans sa volte-face.

«Le contact se passe très bien avec les militants de Laviolette», assure M. Lemieux. D’ailleurs, certains d’entre eux sont arrivés de La Tuque, lundi, pour célébrer l’investiture de M. Giguère.

«Je voulais me tasser tranquillement, mais j’avais dit à Pierre que je lui donnerais un coup de main tant qu’il en aurait besoin», rappelle M. Lemieux. «Quand le premier ministre avait nommé Julie, Pierre nous avait dit qu’après la session parlementaire, il annoncerait son retrait pour lui laisser tout l’espace. L’association de Saint-Maurice avait peut-être moins d’intérêt à ce moment. Quand tout ça a reviré de bord, on a dit à Pierre qu’on l’accompagnerait.»

Avec le recul, M. Lemieux paraît plus ou moins surpris de la décision de Mme Boulet. D’ailleurs, même quand elle confirmait publiquement sa volonté de poursuivre sa carrière politique au cours de la dernière année, quelques libéraux exprimaient toujours des doutes sur ses intentions.

«Ce n’est pas la première fois qu’on entendait qu’elle pourrait laisser sa place», rappelle-t-il. «Lors des autres années, il y avait aussi des questionnements. Là, il fallait repartir au combat et on ne peut pas se le cacher, ce sera un peu plus difficile cette fois-ci. Devant ça, certains décident de s’en aller.»

M. Lemieux estime à environ 500 le nombre de membres avec l’éventuelle fusion des associations de Saint-Maurice et Laviolette. Au cours des prochains mois, l’équipe libérale locale vendra surtout les qualités humaines et les réalisations de Pierre Giguère pour lui permettre de renverser la tendance le 1er octobre.