Réal Normandin

La FPJQ déplore la décision de Saint-Édouard-de-Maskinongé

Trois-Rivières — La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) section Mauricie et Centre-du-Québec a dénoncé, lundi, la décision de la Municipalité de Saint-Édouard-de-Maskinongé d’interdire l’accès aux journalistes à une rencontre de consultation sur l’avenir du tourisme à la suite de la fermeture du Zoo de Saint-Édouard.

Le maire de Saint-Édouard-de-Maskinongé, Réal Normandin, avait décrit cette rencontre comme étant «une grande soirée de remue-méninges» avec les citoyens afin de déterminer quelle orientation donner à la municipalité après avoir perdu l’un de ses principaux attraits touristiques, dont l’avenir est pour le moment incertain. Or, le premier magistrat avait précisé que les journalistes, tout comme les citoyens d’autres municipalités, ne seraient pas admis à cette rencontre, afin qu’il n’y ait pas «une forme d’intimidation».

Dans un communiqué diffusé lundi, la FPJQ Mauricie et Centre-du-Québec a souligné que cette décision va à l’encontre des principes de transparence et d’esprit démocratique qui doivent être véhiculés par les autorités municipales. «D’interdire l’accès aux lieux aux médias vient brimer le droit à une information juste et impartiale pour tous les autres citoyens qui ne pourraient se rendre à cette assemblée, mais qui ne s’intéressent pas moins à la question, a déploré Paule Vermot-Desroches, présidente de la FPJQ Mauricie et Centre-du-Québec. De plus, il brime également le droit à l’information à l’ensemble des citoyens de la région.»

La Municipalité a toutefois indiqué à la FPJQ qu’elle pourrait revenir sur sa décision. Elle devrait faire connaître sa réponse mardi matin.