Simon Brunelle et Jean-Philippe Martin, les propriétaires du Complexe Laviolette.

La fin d'une époque au Complexe Laviolette

TROIS-RIVIÈRES — Après près de 60 ans à accueillir les joueurs de curling de la région, le Complexe Laviolette de Trois-Rivières délaissera, jeudi prochain, les pierres et les glaces afin de laisser place à l’aménagement de salles de conférences.

C’est donc une véritable page d’histoire dans le milieu sportif en Mauricie qui se tourne. Déjà, le complexe pouvait compter sur la présence de trois salles de réunion fonctionnelles à temps plein en plus de son service de traiteur. Les associés désirent maintenant concentrer leur énergie sur cette vocation, en transformant la partie des glaces en une immense salle pouvant accueillir 500 personnes, de même que la salle des casiers en une salle d’une centaine de personnes.

«Nous allons devenir un complexe capable d’accommoder plus de 900 personnes. Nous devenons un joueur important dans le milieu des réunions et des événements dans la région», estime l’un des propriétaires, Simon Brunelle. Ce dernier relate que l’établissement se positionne avantageusement en agrandissant et diversifiant ses services, d’autant plus que le centre des congrès de l’Hôtel Delta est lui aussi en train d’agrandir et de se refaire une beauté. 

Simon Brunelle soutient que la décision en est une d’affaires, d’autant plus que l’intérêt pour le sport avait diminué au cours des dernières années, ce qui se faisait ressentir sur le nombre de membres.

«Il y avait une baisse au niveau des membres ainsi qu’un manque de relève pour l’organisation. On l’a vu depuis plusieurs années. Chez nos membres, on sait qu’environ la moitié ont l’intention de continuer de jouer ailleurs, mais l’autre moitié nous indique avoir l’intention de délaisser le sport et de changer de hobby», mentionne Simon Brunelle. 

Lui-même grand amateur de curling, M. Brunelle fait remarquer que dans un passé pas si lointain, la Mauricie comptait huit clubs de curling. «L’an prochain, il n’en restera plus que trois, et cela aurait bien pu être deux si la Ville de Grand-Mère n’avait pas construit un club il y a quelques années», indique-t-il, rappelant l’incendie qui avait détruit l’ancien club de curling de Grand-Mère, qui avait finalement été reconstruit.

M. Brunelle fait aussi remarquer que le domaine du curling est une entreprise très difficile pour le secteur privé. Après la fermeture des glaces au Complexe Laviolette, il ne restera plus qu’un seul club de curling privé au Québec, les autres appartenant à des municipalités ou des coopératives.

Le Complexe Laviolette avait accueilli du curling pour la première fois en 1957, mais le gouvernement avait fermé le club en 1998 en raison de problèmes de sécurité avec le système de réfrigération. C’est là que Serge Brunelle a voulu relancer les activités du club, et l’a opéré pendant 15 ans, moment où il a pris sa retraite et passé le flambeau à son fils Simon Brunelle et à Jean-Philippe Martin, les actuels propriétaires. Les deux partenaires ont depuis continué de développer le service clé en main pour les réceptions.

La dernière pierre sera lancée jeudi à 20 h 30 par Simon Brunelle. Après quoi, les quatre glaces du complexe seront définitivement fermées afin de laisser place aux travaux qui permettront ce changement de vocation.