La fête dans les rues

Trois-Rivières — Le vent n’allait pas arrêter des milliers d’enfants d’envahir les rues de la Mauricie mardi soir pour l’Halloween. Il est rare qu’on retrouve des embouteillages dans le secteur Pointe-du-Lac de Trois-Rivières, mais c’était le cas lors de cette soirée.

Année après année, ce coin est l’un des favoris pour les petits monstres, qui déambulent dans ce secteur composé d’une douzaine des rues. Le clou du spectacle se déroulait sur la rue des Geais bleus où, depuis 1991, Elvis Lajoie accueille les jeunes en quête de sucreries.

«La première année, j’avais axé la thématique de l’horreur parce que j’ai toujours aimé ça. On avait reçu des plaintes de la part de parents et de la ville», rigole le personnificateur bien connu.

Même si plusieurs enfants parcouraient les rues du secteur, 

M. Lajoie ne s’attendait pas à battre des records, surtout que le vent de lundi a compliqué les choses.

«Une année, 2000 jeunes sont passés. C’était un samedi et il faisait chaud. Ça avait opéré. C’est plus froid cette année, donc je m’attends à ce qu’il y ait environ 500 personnes. Le vent s’est emparé des décorations. Les 101 dalmatiens, il ne m’en reste que trois ou quatre!»

Une équipe de 14 bénévoles ont revêtu les costumes – fabriqués par la mère de l’hôte – afin de divertir les enfants. Quant aux friandises, l’entreprise Bonbons Richard en fait don pour cette fête. M. Lajoie ne voit pas le jour où il décidera de ne plus célébrer l’Halloween avec les gens de son quartier.

«Ce qui est drôle maintenant, c’est que les jeunes à qui je donnais des bonbons en 1991 viennent avec leurs enfants. Ils me le disent!»

Des petits aux aînés

Courir l’Halloween est peut-être réservé aux enfants, mais les aînés de Trois-Rivières ont eux aussi décidé de mettre l’épaule à la roue mardi. L’organisme la Maison des Grands-Parents a aménagé pour la toute première fois une maison hantée sur son terrain situé près de la rue Carrier. Musique d’épouvante et tunnel de l’horreur ont diverti les plus jeunes.

«Nous avons beaucoup de bénévoles aînés qui travaillent de manière intergénérationnelle avec les enfants. On fait des activités dans les écoles comme de l’aide aux devoirs. C’était notre première année mais nous serons de retour l’an prochain», indique Jacinthe Rivard, coordonnatrice de l’organisme.

Sur la photo: Sébastien Gaudreault-Sauvé, étudiant en médecine,Laurence Laliberté, étudiante en médecine, Jean-Stéphane Coté, frère de la responsable, Myriam Côté, étudiante en médecine et porte-parole de l'événement, Maude Lasalle, étudiante en médecine. On retrouve à l'arrière les figurants de la maison hantée.

Des zombies veulent vos organes

Quoi de mieux qu’un monstre qui survit en mangeant des humains pour parler du don d’organes? Voilà pourquoi plusieurs résidences de la région ont reçu la visite d’une quarantaine de zombies mardi soir qui les sensibilisait à l’importance du don d’organes. Cette initiative est celle des étudiants en sciences de la santé du Québec

«Souvent les gens ont des fausses croyances. C’est la quatrième année qu’on fait ça en Mauricie, mais c’est la sixième année partout au Québec. On est plus de 200 étudiants à participer et nous avons un excellent taux de participation en Mauricie», explique Myriam Côté, une des zombies qui ont rencontré les 300 visiteurs de la maison hantée située à la Maison de la famille du Rivage, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Les forces policières de Trois-Rivières et de la Sûreté du Québec n’ont pas recensé d’incident lors de cette soirée festive.