La 10e Féerie de Noël de Saint-Élie-de-Caxton débutera vendredi et prendra fin le 2 janvier. Quelque 2500 visiteurs sont attendus.

La Féerie de Noël revient pour une 10e année à Saint-Élie

Saint-Élie-de-Caxton — «Le but était d’augmenter l’achalandage de l’hiver pour permettre à nos commerces de s’en tirer pas trop mal. À date, ça semble bien aller et j’espère que ça va durer encore 25 ans!»

La Féerie de Noël célèbre sa 10e édition en 2017 et le chemin parcouru depuis le lancement en 2008 satisfait André Garant. L’ancien maire de l’endroit faisait partie du conseil qui a appuyé cette idée de reprendre durant le temps des Fêtes le concept des balades guidées offertes en été.

M. Garant se souvient de discussions autour de la table du conseil. Certains conseillers se demandaient si ça valait la peine de s’embarquer dans une telle aventure.

«C’était normal d’avoir cette réaction. Mais il fallait prendre des risques. Le tourisme a permis à Saint-Élie de se développer davantage. Quand le conseil a parti ça avec les balades en été, il a pris une chance. Après, on a créé le jardin, on a acheté le garage Déziel pour en faire le garage de la culture. Tout ça fait que notre tourisme se renouvelle. C’est un tout, cette affaire-là: le conseil, la population et Fred», souligne M. Garant.

La contribution de Fred Pellerin au succès de la féerie ne se dément pas au fil du temps. Son conte du calendrier de l’Après fait encore rigoler les gens qui prennent part à la balade hivernale. Sa popularité, ses nombreuses tournées de spectacles et la télédiffusion de la deuxième saison de Saint-Élie-de-Légendes à Ici Radio-Canada aident Saint-Élie à garder son pouvoir d’attraction auprès des visiteurs.

«Fred est encore la locomotive, confirme Paul-André Garceau, coordonnateur du tourisme et des communications à Saint-Élie. Avec Fred derrière nous, je n’ai jamais eu peur. Il est une boîte à idées et elle n’est pas percée. Et les gens aiment Fred. C’est tout un ambassadeur.»

M. Garceau affirme avoir toujours cru au potentiel de la Féerie de Noël. L’importance de cette activité pour Saint-Élie fait en sorte que l’énergie consacrée à l’organiser est payante.

«Des gens disaient que ça ne tiendrait pas. Et aussi, c’est dur de faire déplacer des gens en hiver avec les tempêtes de neige, la pluie verglaçante. C’est beaucoup de travail pour un petit événement. Il faut que ça continue», témoigne M. Garceau, en ajoutant que la Féerie de Noël sera de retour en 2018-2019.

«On a l’avantage d’avoir Fred, reconnaît volontiers André Garant. Il fait des spectacles partout dans la province, le monde vient aux balades et des gens prennent goût à Saint-Élie et achètent une maison. Si Fred n’est pas là, ce n’est pas la même chose. Mais si Fred est là sans la Municipalité, ce n’est pas pareil non plus.»

En 2008, les organisateurs souhaitaient attirer 500 visiteurs. Ils en ont eu 2000. Depuis ce temps, l’achalandage se maintient à 2500 touristes, avec une pointe de près de 3000 observée en 2009.

Nouveau village de Noël

La Féerie de Noël, c’est d’abord des balades organisées dans les rues du village. Les balades commencent le 8 décembre et se terminent le 2 janvier. L’activité sera présentée durant 14 jours.

À ces balades se greffent différentes activités organisées par quatre partenaires. Le Floribell tient encore et toujours des soirées d’antan avec repas traditionnel et soirée musicale. Le Lutin Marmiton présente ses soirées gastronomie et contes.

Les visiteurs peuvent aussi aller manger au resto Quoi de N’Oeuf ou aller à la quête de la paparmane bleue et prendre part au rallye des mouches à feu du Rond Coin.

La nouveauté de l’édition 2017-2018 réside dans l’exposition présentée au garage de la culture. Les 35 modèles de maisons miniatures sont une œuvre du modéliste du secteur Grand-Mère, Robert Petit. Elles forment un véritable village de Noël.

Quelque 2500 visiteurs sont attendus en 2017-2018, soit le même nombre qu’en 2016-2017. Des balades affichent déjà complet, il faut donc réserver sa place.