L’église Saint-Pierre fermera bel et bien ses portes en septembre dans sa vocation actuelle, mais la fabrique étudiera sous peu deux projets d’acquisition.

La fabrique maintient sa décision

SHAWINIGAN — Après avoir retourné la question dans tous les sens, le conseil de la fabrique et l’équipe pastorale de la paroisse Sainte-Marguerite-d’Youville ont décidé de maintenir la décision annoncée le 12 mars. L’église Saint-Pierre est mise en vente et sa fermeture est prévue en septembre.

Denis Jean, coordonnateur de la paroisse, explique que les bénévoles ne pouvaient en venir à une autre conclusion après leur rencontre, mercredi après-midi.

«Tout le monde s’est exprimé et après avoir réfléchi à tout ça, les gens ont entériné le vote qu’ils avaient déjà pris», confirme-t-il.

La prochaine étape consistera à demander l’accord de l’évêque du diocèse de Trois-Rivières, Mgr Luc Bouchard, pour la vente de l’église. À tout événement, elle fermera définitivement ses portes dans sa vocation actuelle en septembre. Comme le stipulait la résolution rendue publique le 12 mars, la fabrique portera une attention particulière à toute offre qui préservera le patrimoine architectural et culturel de cette église.

«Nous ne serions pas en mesure de supporter les coûts de chauffage plus longtemps», insiste M. Jean. En 2017, ces frais ont frôlé les 29 000 $, en incluant le presbytère. Il s’agit du plus important poste budgétaire pour l’exploitation de cet immeuble, dont les coûts annuels atteignent un peu plus de 42 000 $.

«Il faut trouver une solution», ajoute le coordonnateur. «Jusqu’en septembre, ça donne quand même suffisamment de temps pour se virer de bord.»

Le porte-parole ne craint pas que le maintien des intentions exprimées le 12 mars décevra les paroissiens.

«Maintenir du temps pour maintenir du temps, pour aboutir sans projet, c’est nous mettre encore plus en péril», croit-il. «Avec le cadre que nous avons, il y a assez de temps pour savoir vers quoi on se destine.»

Deux offres
Depuis l’assemblée des paroissiens, la fabrique a déjà reçu deux propositions pour l’avenir de l’église Saint-Pierre. M. Jean ne veut pas en dire plus pour le moment, mais ces projets suscitent de l’espoir.

«Nous attendons les propositions de deux groupes», confie-t-il. «Nous avons deux projets d’achats. Comme ils ne sont pas encore officiellement déposés, je ne peux pas en dire plus pour le moment.»

Impossible, pour l’instant, de savoir si ces projets impliquent la démolition de l’église ou sa réutilisation sous une autre vocation. Rappelons qu’au bas mot, la valeur des travaux de réfection nécessaires est estimée à deux millions de dollars.

«Je pense que le message est passé», s’encourage M. Jean. «La paroisse n’est plus capable de supporter ce fardeau financier. C’est à la population de prendre en main la destinée de l’église. C’est dans ce contexte que sont arrivés ces deux projets.»

La Ville de Shawinigan pourrait-elle être sollicitée pour la suite des événements? «Si on arrive avec un promoteur qui présente quelque chose de viable, la paroisse fera son bout de chemin pour faciliter le changement de propriétaire», assure M. Jean. «La Ville aura sûrement un rôle à jouer pour faciliter les choses, selon son champ de compétence. Je suis confiant qu’on va aboutir à quelque chose.»