Le CIUSSS est à la recherche d’une dizaine de spécialistes pour accompagner les intervenants de la DPJ dans leurs fonctions.

La DPJ procédera à un affichage «spécial»

Trois-Rivières — À peine une semaine après l’annonce du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, de l’octroi de 47 millions $ pour l’embauche de nouveaux intervenants à la protection de la jeunesse, le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec procédera à l’affichage «spécial» d’une dizaine de postes pour les services jeunesse, du 11 au 18 juillet. Une période plus courte qu’à l’habitude et qui survient pendant les vacances estivales, ce qui illustre le grand besoin de personnel des DPJ, selon le syndicat.

Ce sont 10,5 postes de spécialistes en activités cliniques (SAC) que cherche à pourvoir le CIUSSS MCQ. De ce nombre, trois postes de coordination professionnelle seront transformés en SAC. Selon l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), la création de ces postes avait toutefois déjà été décidée avant l’annonce du ministre Carmant.

«Ces postes seront en soutien des équipes déjà en place, explique Guillaume Cliche, porte-parole du CIUSSS MCQ. Ils vont faire de l’accompagnement des intervenants dans leurs fonctions.»

L’entrée en fonction des candidats sélectionnés est prévue pour le 15 septembre.

Or, non seulement la durée de cet affichage interne est très courte – une semaine au lieu de deux –, mais il survient en plus en période estivale, alors que le prochain affichage habituel de postes aura lieu en septembre prochain. Ce court délai pose un défi pour contacter les candidats potentiels qui travaillent déjà dans le réseau de la santé. Mais même si elle doit faire des pieds et des mains pour en aviser ses membres en vacances, l’APTS ne s’en formalise pas, tant les besoins sont grands à la DPJ.

«On fait ça de façon accélérée pour donner de l’air au système, concède Sylvie Godin, porte-parole régionale pour l’APTS. Si on y va selon les délais habituels, on va se retrouver au temps des Fêtes avant de pouvoir faire des embauches.»

Course à l’embauche

Jusqu’à la semaine dernière, le CIUSSS MCQ s’apprêtait également à afficher et titulariser (offrir un poste permanent à une personne qui effectue un remplacement, NDLR) 47 postes d’intervenants à la DPJ.

Depuis l’annonce du ministre Carmant, ce sont 82 postes qui seront à pourvoir, possiblement à partir de cet été. Une trentaine de ces postes seront titularisés, mais les cinquante autres devront être comblés autrement, soit par des employés travaillant déjà dans le réseau de la santé et qui cherchent à obtenir un poste, soit par des candidats de l’externe.

Étant donné la difficulté de recruter des travailleurs sociaux dans le réseau de la santé, les différentes DPJ risquent donc de mener une course à l’embauche.

«On ne sait même pas si on va en combler 50, car il n’y a pas tant de candidats potentiels, ni à l’interne ni à l’externe. Et les établissements de santé vont tous tenter de faire du recrutement pour leur propre centre jeunesse, tout le monde en même temps, alors c’est la course aux candidats, comme c’est là», souligne Mme Godin.

La porte-parole de l’APTS souligne également que le recrutement à venir risque aussi de créer des mouvements de personnel au sein du CIUSS.

La date de recrutement à laquelle pourra commencer la recherche de candidat n’est toutefois pas encore fixée, puisque des détails doivent encore se régler lors de discussions entre le syndicat et l’employeur.