Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Manon St-Pierre, soeur de Mélissa Blais.
Manon St-Pierre, soeur de Mélissa Blais.

La disparition d'un proche... un cauchemar interminable: des capsules pour expliquer

Marc-André Pelletier
Marc-André Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Yamachiche — Trois organismes de soutien aux familles de victimes et survivants d’actes criminels lancent une série de capsules vidéo afin de sensibiliser la population à la réalité vécue par les proches des personnes disparues.

Ainsi, l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues, le Réseau Enfants-Retour et Meurtres et disparitions irrésolus du Québec effectueront, dès le 23 février, le lancement en ligne de quatre capsules vidéo informatives qui seront diffusées sur les réseaux sociaux respectifs des organisations impliquées. Accompagnées par des experts en affaires policières, en psychologie et en médias, sept familles - dont celle de Mélissa Blais, disparue depuis trois ans à Louiseville - témoigneront de leur expérience, partageront les défis rencontrés et proposeront des conseils aux personnes devant composer avec la disparition d’un proche.

D’ailleurs, selon Mme Arcamone, d’autres démarches pour retrouver Mélissa Blais pourraient être initiées par la famille au printemps.

Mélissa Blais, disparue depuis novembre 2017.

«On voulait rendre hommage aux familles qui vivent un cauchemar interminable», explique d’entrée de jeu, la directrice générale du Réseau Enfants-Retour, Pina Arcamone.

«Les témoignages sont vraiment crève-coeur. La disparition d’un proche, c’est la pire hantise de toute famille. À travers les capsules, on apprend à connaître les familles, comment elles font pour se permettre encore des moments de bonheur. Les organismes qui les aident, comment ils vivent la situation au quotidien», détaille Mme Arcamone.

«C’est un très beau message d’espoir que livrent les familles. Elles partagent même des conseils avec les autres familles qui vivent la même situation. Que le proche soit jeune ou plus âgé, ce n’est pas plus facile à vivre. Les parents ne peuvent jamais parler de deuil tant qu’il n’ont pas retrouvé leur enfant», ajoute la directrice générale.

Les capsules seront diffusées selon les thématiques et l’ordre suivant: «La disparition et les recherches» (mardi 23 février), «Les impacts sur la santé» (mercredi 24 février), «Traverser le temps» (jeudi 25 février) et «Garder l’espoir» (vendredi 26 février).

Rappelons que Mélissa Blais a été vue pour la dernière fois dans la nuit du 1er au 2 novembre 2017 dans un bar de Louiseville.