La CSN accuse Résolu de ne pas respecter la loi

Le Conseil central du Coeur-du-Québec de la CSN accuse l'entreprise Produits forestiers Résolu (PFR) de ne pas respecter la loi sur les normes du travail en demandant à des employés forestiers de travailler en dehors de conditions prescrites par la convention collective en place.
«Une fois de plus, PFR pousse plus loin le mépris qu'elle a envers ses travailleurs en tentant de faire effectuer du travail à des conditions toujours plus basses», lance le Conseil central du Coeur-du-Québec dans un communiqué publié hier.
La CNS affirme de plus que l'entreprise a demandé à des employés du camp forestier Vermillon situé au nord de La Tuque de «travailler en dehors de leur unité syndicale, donc hors convention collective».
«Cette manoeuvre, pour le moins douteuse de l'entreprise, ne respecte pas les lois du travail québécoises et ressemble étrangement à une tentative pour casser l'accréditation syndicale», ajoute le Conseil central.
«Résolu est de plus en plus constant dans ses attaques des droits syndicaux. Nous l'avons vu manquer complètement de respect envers les travailleurs en imposant par la menace des diminutions de droits et de conditions de travail. Voilà maintenant que Résolu veut se servir d'une autre stratégie qui consiste à contourner les droits de représentation syndicaux prévus au Québec», dénonce Alain Lampron, le président de la Fédération de l'industrie manufacturière (FIM-CSN).